Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les dessous du Pacte national d’émergence industrielle

Table ronde organisée par la Coordination des ingénieurs USFP




Les dessous du Pacte national d’émergence industrielle
Le Maroc a-t-il réussi à gagner le pari de la compétitivité de son industrie ? Qu’en est-il des stratégies mises en place visant  à construire un secteur industriel fort et générateur de croissance ? Et qu’en est-il du Pacte national d’émergence industrielle? « Il y a beaucoup de choses qui restent à faire. En effet, si l’actuel gouvernement poursuit encore la stratégie Emergence, il n’en demeura pas que l’Exécutif avance lentement », a déclaré Ahmed Réda Chami, ex-ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies lors d’une table ronde organisée vendredi dernier par la Coordination des ingénieurs USFP de la région du Grand Casablanca sur le thème « La compétitivité de l’industrie marocaine, vecteur de croissance et de développement».
Evoquant le Pacte national d’émergence industrielle, Ahmed Réda Chami  a expliqué que ce contrat-programme visant à définir un cadre de développement comprenant toutes les activités industrielles, n’a été, lors de son arrivée en 2007 au ministère, qu’un bout de papier dans les tiroirs du département sans plan d’action précis. « Il a fallu plusieurs réunions et discussions avec les différents acteurs pour mettre en place une stratégie réfléchie et déclinée en plan opérationnel», a-t-il expliqué.
Selon lui,  ce passage n’a pas été de tout repos.  Il a fallu beaucoup d’énergie et de temps pour mettre l’ensemble des acteurs sur  la même longueur d'onde et les aligner sur la même vision. En effet, Ahmed Réda Chami a déploré l’absence d’«Executive sponsor » appelé également promoteur de projet ou responsable principal dont le rôle est de piloter le projet.  D’après l’ex-ministre, il a fallu parfois le soutien Royal pour débloquer certaines situations et l’implication du ministre en personne pour trouver une solution en cas de conflit.
Pourtant, les résultats ont été au rendez-vous. Selon Réda Chami, le Pacte a permis de créer près de 50.000 emplois dans les nouveaux métiers et de générer 20 milliards de DH sans parler de la hausse du taux des investissements directs étrangers (IDE). « Il y avait des résultats tangibles  et une vraie dynamique comme l’attestent les résultats enregistrés au niveau de certains secteurs tels que l’offshoring, l’automobile et l’aéronautique », a-t-il précisé.Mais la vraie réussite demeure, selon lui, le fait d’intégrer l’industrie en tant que secteur à part entière dans le tissu économique du pays. « On a jeté les bases et il y a des secteurs aujourd’hui qui ont réussi à trouver leur rythme de croisière comme c’est le cas pour l’automobile», a-t-il lancé.
De son côté, Abdelmajid Ibenrissoul, universitaire, s’est longuement arrêté sur la notion de compétitivité. Ce concept est loin de faire l’unanimité chez les économistes,  car sa définition reste vague  et souvent exhaustive.
En effet,  il s’agit d’un concept relatif dont la perception change avec le niveau d'analyse menée. Ainsi, une multitude de facteurs, aussi bien domestiques qu'internationaux, peuvent avoir des effets profonds sur la compétitivité d'une entité donnée. Les indicateurs d'évaluation de ce concept qu'on retrouve dans la littérature économique présentent tous des limites et, par conséquent, devraient être utilisés avec précaution.
Tant de considérations académiques qui s’imposent  aujourd’hui avec acuité notamment avec la publication de la dernière édition 2013-2014 du Forum économique mondial (WEF)» (Forum de Davos) sur la compétitivité internationale, et qui classent le Royaume et pour la première fois depuis 2011, à la 77ème place sur 148 pays au lieu de la 70ème sur 140. Un positionnement qui suscite tant de questions au niveau des réformes urgentes menées et les stratégies entamées depuis quelques années.

Hassan Bentaleb
Mardi 10 Septembre 2013

Lu 908 fois


1.Posté par Latfia le 12/09/2013 08:04
C'est du pipo. La réalité est que nous avons raté l'industrialisation du Maroc et l'intégration industrielle dans plusieurs secteurs. Le seul ministre qui a su faire quelque chose dans ce ministère clé est Driss Jettou, le reste n'est que poudre aux yeux et de la com.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs