Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les dernières validations des candidatures agitent les partis : Week-end politique chargé




«Vous avez aimé la bataille des accréditations ? Vous allez adorer la guerre des têtes de listes ! » Teintée d’une ironie au vitriol, l’exclamation de ce militant de gauche résume toute  l’ambiance pré-électorale dans les partis. Le temps est au choix des candidats aux législatives du 25 novembre –le dépôt des candidatures commence dès ce 3 novembre- ; autant dire que le temps est à l’orage…
Les armes s’affûtent, les passes d’armes se multiplient. En coulisses, des guerres sourdes ont cédé la place à des conflits déclarés. On cherche des soutiens, on sollicite des appuis, on provoque des alliances autour d’une candidature. Derrière le rideau, les tractations font rage. « Tous les candidats déclarés se disputent les premières places sur une liste. Le problème est que tous sont convaincus qu’ils en ont la légitimité et sont donc prioritaires. Résultat, ils sont nombreux à vouloir se faire candidat à la place du candidat. De la même façon qu’avant on voulait être calife à la place du calife », explique ce membre de la commission électorale d’un parti de l’opposition.
Tous les leaders, ou presque, affirment main sur le cœur que le dossier des accréditations avance. Au PPS, un comité central a tranché, « démocratiquement » assurent les dirigeants de cette formation politique. Les têtes de listes nationales « femmes » et « jeunes » ont été choisies : il s’agit de Guejmoula ben Abbi, tête de liste nationale sortante et qui rempile de nouveau et de Rachid Roukbane, membre du Bureau politique qui conduira la liste des jeunes. « La quasi-majorité des candidatures au niveau local et régional a été réglée et validée. Il ne reste plus qu’une dizaine de circonscriptions, dont Rabat, où les prétendants sont nombreux. Le comité central a chargé le Bureau politique de poursuivre les consultations auprès des sections locales », indique un membre du conseil national du parti des anciens communistes.
Dans les rangs de l’Istiqlal, on se prépare activement aux travaux du conseil national de ce dimanche 30 octobre. Et pour cause, cette instance procèdera à l’élection et la validation finale des têtes de listes. « Priorité a été donnée aux députés sortants. Parce qu’à l’Istiqlal nous sommes partis du principe qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Seuls les cas problématiques seront soumis au vote », précise un Istiqlalien en vue, membre du comité exécutif. Selon certaines informations, la  présidente de l’organisation de la femme istqlalienne, la députée Naïma Benkhaldoune, est pressentie tête de liste nationale alors que c’est le patron de la jeunesse istiqlalienne qui devrait mener bataille au nom des jeunes. « Mais tout cela sera tranché par le biais d’élections et des résultats déterminant le classement des uns et des autres », annonce cet Istiqlalien convaincu avant de nous révéler qu’à Marrakech -où ne se présentent ni M’Hamed Khalifa ni Khalil Boucetta-  les candidats pressentis sont d’anciens transfuges de l’Istiqlal, partis au PAM avant d’en claquer la porte pour revenir à la maison.

Les plaintes de l’Istiqlal

C’est justement depuis Marrakech que l’épineux problème des candidatures a retenti au sein du Parti Authenticité et Modernité. Protestations, recours, démissions : les candidates déclarées, pressenties, rejetées de la liste nationale pamiste ont nourri  la chronique et donné bien du pain sur la planche à la commission des élections de cette formation politique. « La commission a fini son travail.
Il reste deux ou trois cas à régler, ainsi que la question de la liste nationale. C’est ce que devrait faire en principe ce jeudi 27 octobre le bureau national du PAM », déclare un membre fondateur du parti aux destinées duquel préside Mohamed Cheikh Biadillah.
« Nous sommes actuellement en conclave pour valider les candidatures qui nous ont été transmises aux niveaux local et régional », annonce ce membre dirigeant du PJD. Chez les islamistes, officiellement la procédure est en cours. Les différentes propositions sont examinées y compris celles transmises par les organisations parallèles du parti. « Tout sera connu d’ici le week-end ». En attendant, les islamistes du Parlement ont le culte du secret. Rien ne filtre quant à l’identité de celle et celui qui conduiront la liste nationale femmes/jeunes.
Un week-end éminemment politique.  L’Union socialiste des forces populaires réunit aussi ce dimanche 30 octobre ses troupes pour trancher définitivement la question des candidatures. Si la plupart des candidatures de circonscriptions locales a été validée, il reste encore des circonscriptions en suspens, notamment celles de Rabat Al Mouhit ou encore Casablanca. « Mais les choses avancent plus vite que nous ne le pensions », relève avec satisfaction cet Usfpéiste du Bureau politique. C’est aussi ce dimanche et à l’occasion d’un Conseil national très attendu que les Ittihadis choisiront leurs têtes de liste nationale et jeunes. Les pronostics se bousculent, chacun y va de son annonce… en attendant, les doigts croisés, la décision finale du Conseil national du parti de la Rose.
Conformément à un décret adopté en Conseil de gouvernement le 19 octobre, le dépôt des candidatures commencera le 3 novembre prochain et prendra fin le 11 novembre à midi. Les candidats pourront alors battre la campagne dès les toutes premières heures du samedi 12 novembre. D’ici là, les plaintes de partis déposées auprès du ministère de l’Intérieur vont très probablement doubler de cadence. D’ailleurs elles ont déjà commencé : l’Istiqlal aurait déjà déposé des plaintes contre deux gouverneurs qui auraient incité des candidats à se présenter sous les couleurs du Rassemblement national des indépendants.

Narjis Rerhaye
Vendredi 28 Octobre 2011

Lu 539 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs