Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les crédits conso et le chômage poussent à la roue

Capacité des ménages à dépenser érodée par l’inflation et faiblesse de création d’emplois, relève la DEPF.




Le Rapport économique et financier (REF 2015)  de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) au titre de l’année 2014 vient de tomber. Certains axes de ses conclusions ne sont pas de bon augure a priori. En effet, en se penchant, au niveau de sa deuxième partie, sur le pouvoir d’achat effectif du consommateur marocain, le REF 2015, a permis de lever le voile sur des résultats à effets pour le moins déstabilisateurs. «L’évolution positive du niveau de vie des ménages s’illustre par l’élargissement du parc automobile, la hausse des dépenses touristiques et l’accès à la propriété de logement», fait ainsi ressortir le document soulignant, de prime abord, que le pouvoir d’achat du revenu disponible brut (RDB) aurait progressé à un rythme moyen annuel de 4% entre 1999 et 2011. Et de préciser que le RDB a contribué à hauteur de 5,7 points, en moyenne, à la croissance du pouvoir d’achat entre 1999 et 2011, alors que l’inflation a érodé la capacité de dépenser des ménages de 1,7 point, signalant que les dépenses de consommation des Marocains, qui représentent 83% du RDB, ont connu une croissance soutenue accompagnée d’une modification de leur structure de consommation.
Cependant, selon plusieurs experts et analystes de la question, cette « évolution positive » à laquelle fait référence le rapport est loin de refléter la triste réalité. Pour eux, si le ménage marocain acquiert une voiture ou s’il se permet de s’offrir des vacances au soleil ou de devenir propriétaire d’un logement, c’est en grande partie grâce aux offres de crédits à la consommation ! Le fait de s’endetter jusqu’au cou n’a jamais été une solution, tonnent-ils, renchérissant, à ce juste titre d’ailleurs, sur un autre pivot du REF qui a trait à la problématique de l’emploi au Maroc. Ainsi, si les principales conclusions dudit rapport révèlent que le Maroc est appelé à réaliser des niveaux de croissance économique plus élevés que par le passé en vue de réduire de manière significative le taux de chômage, ils ne seront pas suffisants pour que les opportunités d’emploi soient accessibles à toutes les catégories de la population et pour que cette croissance génère un bien-être partagé…
Pavé dans la mare, une bonne partie de Marocains aux bourses déjà par trop réduites comme peau de chagrin, voire même inexistantes pour certains, tentent de faire bonne figure mais somme toute à leurs dépens.
Et entre une catégorie au chômage qui fait le pied de grue depuis des lustres pour un travail décent qui lui permettra de vivre dignement, et une autre qui contracte des crédits à tout-va pour suivre la tentation de Venise, l’on n’est vraiment pas sorti de l’auberge. Telle la fameuse Stratégie nationale de l’emploi qui est, soit dit en passant, mise en relief dans le REF comme étant la panacée à tous les maux… Mais, questionnent les mêmes avertis susmentionnés, où en est le département concerné de cette SNE ? Quid de sa promesse de faire preuve de célérité dans le diagnostic idoine de la situation du marché du travail qui est incompatible avec les objectifs de développement du pays ?

Par Meyssoune Belmaza
Jeudi 16 Juillet 2015

Lu 686 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs