Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les comptes de la Nation




Les chiffres, dit-on, sont têtus. Beaucoup plus têtus que les discours lénifiants  prononcés  ça et là par nombre de hauts commis de l’Etat, plus habitués aux techniques oratoires des temps jadis qu’à l’art de dire la vérité sans enjolivement ni circonlocutions.
La note d’information que le Haut commissariat au Plan vient de rendre publique en contient quelques-unes qui ne poussent nullement à l’optimisme.
L’arrêté des comptes nationaux du premier trimestre de l’année en cours, y lit-on, montre que l’activité économique nationale a été marquée par la réalisation d’un taux de croissance de 3,7% contre 7,2% le même trimestre de l’année 2008.
Mise à part l’augmentation de la valeur ajoutée agricole de 26,8% en volume au lieu de 16% une année auparavant, tous les autres indicateurs ne sont pas au vert.
Les activités minières et énergétiques ont, en effet, accusé une baisse  de 16% contre une hausse de 8,1% le premier trimestre 2008, celles des industries de transformation ont affiché un repli  de 1% contre une hausse de 5,3%, celles du bâtiment et travaux publics ont quasiment stagné et celles des services ont marqué une hausse de 3% au lieu de 5,7% une année plus tôt.
Autant de données qui n’incitent nullement à l’optimisme béat et qui se situent aux antipodes du discours de l’Exécutif. Lequel a intérêt à donner des couleurs aux effets induits par sa politique économique et ne peut donc servir de seule référence pour jauger les avancées ou le repli de notre taux de croissance tant au niveau global que décliné en secteurs. Pis : les statistiques du HCP concernent une période où la crise internationale n’avait pas encore impacté négativement l’économie marocaine. Qu’en sera-t-il donc des périodes postérieures? Seraient-elles d’un cru moins bon ou meilleur? Sans vouloir jouer les augures, rappelons que la situation n’est pas si morose qu’il n’y paraît et que le Maroc a, somme toute, bien tenu face au déferlement des éléments qui ont mis à mal les économies de nombreux pays. De plus, il prépare sereinement sa sortie de crise comme en attestent la mise en place du Comité national de veille stratégique, de plans d’aide aux secteurs en perte de vitesse ainsi que les nombreux projets qui ont été lancés ou qui sont en cours de réalisation.
 

Ahmed SAAIDI
Jeudi 2 Juillet 2009

Lu 316 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs