Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les comportements inconstitutionnels de Benkirane




Ils n’ont pas hésité à le faire : écarter une Constitution, pourtant nouvelle, avec un simple revers de la main. Ces comportements anti-constitutionnels du chef du gouvernement, objet d’une problématique juridico-médiatique assez sérieuse, n’émanent pas d’une mauvaise interprétation de la Loi suprême du pays. Si tel était le cas, il aurait pu demander la bonne interprétation à la Cour constitutionnelle. Mais cela serait le dernier de ses soucis. Car à l’instar de tous les islamistes du monde et peu importe le degré de leur intégrisme, les amis de M. Benkirane ne sont pas convaincus de l’utilité de ce document dont le but est d’organiser la gestion du pouvoir.  Lors du débat ayant précédé la nouvelle Constitution au Maroc, le PJD, aujourd’hui au pouvoir, manifestait un désintérêt total à l’égard de centaines de dispositions par lesquelles la vie publique sera hypothéquée pendant les années à venir. En revanche, la religion et la Commanderie des croyants étaient les deux seuls points pour lesquels il a remué ciel et terre. Plus royaliste que le Roi? C’est facile à réfuter dans la mesure où le projet final de la Constitution dont la préparation a été pilotée par un conseiller du Souverain, parlait clairement du caractère civil de l’Etat. Chose qui a vite disparu sous l’effet du tapage islamiste faisant ainsi rater au Maroc l’occasion de clarifier les frontières entre le champ de la religion et celui de l’Etat.
 «Notre Constitution, c’est le Coran! »  Par le biais de cette expression assez trompeuse dans le fond, les islamistes veulent donner l’impression qu’ils font du livre Saint une référence de base pour gérer l’espace public. Or le Coran, lui, n’a jamais eu pour vocation de servir de plateforme politique pour qui que ce soit. Il ne parle ni de l’Etat ni des institutions. C’est un formidable système de valeurs qui s’adresse principalement à l’âme et se situe bien au-dessus de la politique, de ses divergences, de ses querelles et de ses intérêts. Etant de vrais politiciens, les islamistes n’ignorent pas cette vérité. Mais ils utilisent le slogan de «notre Constitution, c’est le Coran» d’abord pour écarter le droit positif et donner par ce fait une légitimité religieuse à leur action, mais aussi pour avoir la sympathie d’une frange d’électeurs conservateurs en proie à l’analphabétisme, à la pauvreté et au désespoir !
 Voilà ! La Constitution, ils s’en foutent. Les ministres de Benkirane, à peine sortis du palais Royal où ils étaient nommés, ont procédé à la passation des consignes. Et ce, avant même que le Dahir de leur nomination ne soit publié au Bulletin officiel et sans attendre que le gouvernement n’obtienne la confiance des parlementaires comme prévu par la Constitution.
Voilà quelques indices qui en disent long sur ceux à qui nous aurons affaire à partir d’aujourd’hui. Des gens qui conçoivent bizarrement l’Etat et la gestion du pouvoir !
 Et si l’on ajoutait à cela, le populisme démesuré et les promesses lancées dans tous les sens, on serait légitimement en droit de s’inquiéter pour le pays !

Par Jaouad Benaissi
Samedi 14 Janvier 2012

Lu 954 fois


1.Posté par ABBASSI le 16/01/2012 17:37
Bonjour,
Je demande à voir où sont ces comportements inconstitutionnels. Il y a de toute façon un contrôle de constitutionnalité de prévu, à nos élus d'en faire bon usage et permettre ainsi au juge constitutionnel de produire une jurisprudence frein à tout abus et non respect du texte suprême.
Votre article parle dans le vent et ne nous apprend absolument rien. Je ne suis sympathisant d'aucune formation mais je ne peux rester indifférent face à ce genre d'écrits passionnés et stériles pour notre communauté qui a besoin de mieux être informée sur "le fait politique".

2.Posté par Mohamed El jerroudi le 18/01/2012 13:41
Ce qui m’inquiète en tant que marocain, ce ne sont ni les gestes ou paroles de Chef du gouvernement, mais sa façon de choisir l’équipe qui doit être à ses côtés pour gérer les affaires du pays. Un gouvernement constitué n’importe comment Avec les ennemis d’hier et les amis de demain. Je dois avouer que j’ai rien compris. Un parti quand il est élu doit assumer sa responsabilité…Autrement dit, c’est une occasion de plus ratée... !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs