Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les combats se poursuivent dans les grandes villes : La situation humanitaire se dégrade en Syrie




Les combats se poursuivent dans les grandes villes : La situation humanitaire se dégrade en Syrie
Le chef du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) était mardi en Syrie pour réclamer un meilleur accès aux centaines de milliers de personnes touchées par les violences, notamment celles d’Alep où la pénurie en produits alimentaires se fait particulièrement sentir.
De son côté, le nouveau médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie Lakhdar Brahimi a déploré un nombre «ahurissant» de victimes dans le pays, demandant un «soutien de la communauté internationale» à sa mission qui vient de commencer.
Dix-sept mois après le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad qui s’est militarisée au fil des mois face à la répression, les combats ne connaissaient pas de répit entre rebelles et forces gouvernementales à Alep (nord), Hama, Homs, (centre), Idleb (nord-ouest), Deraa (sud) et Damas, tout comme les bombardements de bastions insurgés par le régime, selon des militants.
Au moins 113 personnes, 81 civils, 22 soldats et 10 rebelles ont péri dans les violences, selon un bilan provisoire de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). La veille, 153 personnes avaient péri.
L’OSDH a fait état en outre de la découverte de dix nouveaux cadavres à Daraya, une ville près de Damas où a été perpétré fin août un massacre, portant à plus de 500 le nombre de morts, dont des dizaines de femmes et enfants. Rebelles et armée s’en étaient alors rejeté la responsabilité.
Face aux violences, plus de 100.000 Syriens se sont réfugiés dans les pays voisins en août, «le chiffre mensuel le plus élevé depuis le début du conflit» en mars 2011, a annoncé le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) à Genève.
Au total, quelque 235.000 Syriens ont fui la Syrie et 1,2 million ont été déplacés dans le pays. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon estime que la situation humanitaire «se dégrade» et va demander aux pays membres d’aider les voisins de la Syrie qui accueillent des réfugiés, a indiqué son porte-parole Martin Nesirky, en référence au Liban, à la Turquie, à la Jordanie et à l’Irak.
M. Ban a critiqué les pays qui fournissent des armes aux belligérants et a lancé un appel à la solidarité internationale pour financer l’aide humanitaire.
A Alep, après plus d’un mois de violences dans la capitale économique du pays, les militants parlent de pénuries dans les quartiers rebelles.

AFP
Jeudi 6 Septembre 2012

Lu 379 fois


1.Posté par idiotmar le 06/09/2012 19:02
cette crise syrienne ne nous concerne pas !c'est une affaire syrienne allumée par les pretrodollads et l'oncle sam qui a détruit l'irak
contre la réunion au maroc des "amis" de la syrie !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs