Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les combats se poursuivent à travers toute la syrie: Manaf Tlass prépare une feuille de route pour une sortie de crise




Les combats se poursuivent à travers toute la syrie: Manaf Tlass prépare une feuille de route pour une sortie de crise
Le général dissident syrien Manaf Tlass a indiqué qu’il préparait une feuille de route pour une sortie de crise en Syrie impliquant d’»honnêtes» gens au sein du régime mais sans Bachar al-Assad, dans un entretien publié jeudi par le quotidien arabe Asharq Al-Awsat.
«J’essaie, autant que je peux, d’aider à unifier les (gens) honnêtes en Syrie et à l’étranger pour élaborer une feuille de route en vue d’une sortie de crise», a déclaré le général Tlass dans l’entretien réalisé en Arabie saoudite où il a effectué les rites de la Omra (petit pèlerinage) à La Mecque.
Il a ajouté qu’il était prêt à coopérer avec le Conseil national syrien (CNS), principale formation de l’opposition, et l’Armée syrienne libre (ASL), formée de déserteurs et de civils armés, sans exclure les «honnêtes» du régime.
«Je mènerai des contacts avec toutes les personnes honnêtes qui veulent reconstruire la Syrie, qu’elles soient au CNS ou à l’ASL (...), les honnêtes même au sein du régime», a-t-il dit.
«Ils sont nombreux au sein du régime à ne pas avoir du sang sur les mains», a-t-il ajouté, en excluant une implication de Bachar al-Assad. «Je ne vois pas la Syrie avec Bachar al-Assad», a-t-il dit en réponse à une question sur un futur rôle de l’actuel chef de l’Etat, dont il était un proche.
Le général Tlass a par ailleurs affirmé qu’il n’avait pas l’intention de diriger la Syrie post-Assad.
«Je ne cherche pas le pouvoir. Je cherche la sécurité et la stabilité de la Syrie (....). Je n’ai pas quitté la Syrie pour diriger la transition (...) mais parce que je refusais de participer au règlement sécuritaire» de la crise, que «je considérais suicidaire pour le régime», a-t-il dit.
Il s’est prononcé pour une direction collégiale: «Il est difficile pour une personne d’assumer la responsabilité de la phase actuelle. Il faudrait qu’une équipe de l’intérieur et de l’extérieur coopère pour gérer cette phase», a-t-il indiqué, appelant à éviter à la Syrie «l’éclatement, le conflit confessionnel».
Il a estimé, en réponse à une question, qu’un coup d’Etat militaire était «difficile» et souhaité l’aide de l’Arabie saoudite et d’autres pays de la région à l’élaboration de la feuille de route.
Mardi, le général Tlass, 48 ans, avait appelé mardi les Syriens à «s’unir (...) pour construire une nouvelle Syrie», dans sa première déclaration publique depuis sa défection le 6 juillet.
Il était entré en dissidence après la brutale répression menée par le régime et la destruction de Rastane, le berceau familial près de Homs.
Le 17 juillet, il avait annoncé qu’il se trouvait à Paris
 Par ailleurs, Damas a confirmé jeudi les défections de trois diplomates syriens en poste à Chypre, aux Emirats arabes unis et au sultanat d’Oman, en minimisant leur importance et a accusé implicitement le Qatar d’encourager de telles désertions.
Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a confirmé les défections de la chargée d’affaires à Chypre, Lamia Hariri, son mari, l’ambassadeur aux Emirats arabes unis Abdel Latif al-Dabbagh, et l’attaché de sécurité à l’ambassade de Syrie dans le sultanat d’Oman, Mohammad Tahsine al-Faqir, annoncées par la chaîne satellitaire du Qatar Al-Jazeera.
Le communiqué affirme que ces trois personnes «ont choisi de quitter leur lieu de travail et de se rendre dans une capitale arabe qui finance et encourage de telles défections», dans une allusion au Qatar où les trois diplomates semblent s’être rendus.
Selon le communiqué, l’ambassadeur aux Emirats «n’était plus à son poste depuis le 4 juin», et son épouse «n’était qu’une diplomate de l’ambassade à Chypre chargée d’expédier les affaires courantes en attendant la nomination d’un chargé d’affaires ou d’un ambassadeur».
Quant à l’attaché à Oman, «il n’avait aucune fonction diplomatique ou de sécurité et était un simple employé administratif dont la mission avait expiré en mai et devait prendre sa retraite», selon le communiqué.








AFP
Vendredi 27 Juillet 2012

Lu 384 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs