Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les combats à Sanaa forcent les ambassades à fermer leurs portes

Le Premier ministre toujours encerclé par des miliciens chiites




Les combats à Sanaa forcent  les ambassades à fermer leurs portes
Plusieurs ambassades ont fermé leurs portes à Sanaa, la capitale du Yémen, où la tension restait vive mardi au lendemain d'affrontements meurtriers entre une puissante milice chiite et la garde présidentielle, selon des sources occidentales.
L'ambassade de France était fermée mardi jusqu'à nouvel ordre en raison des affrontements de la veille, a indiqué une source occidentale.
L'ambassade des Pays-Bas a fermé toute la journée de lundi et celle du Royaume-Uni a fermé pendant plusieurs heures également lundi, au plus fort des combats, ont indiqué des sources dans ces missions diplomatiques.
La milice chiite d'Ansaruallah, qui était entrée à Sanaa le 21 septembre, a renforcé lundi son emprise sur la capitale yéménite en se rapprochant du palais présidentiel et en encerclant la résidence du Premier ministre.
Les violences, les plus graves dans la capitale depuis quatre mois, ont fait au moins neuf morts parmi les miliciens et les militaires, ainsi que 67 blessés, dont des civils, selon le ministère de la Santé.
La résidence du Premier ministre yéménite à Sanaa était toujours encerclée mardi en fin de matinée par des miliciens chiites, au lendemain de combats meurtriers près du palais présidentiel, a constaté un correspondant de l'AFP.
Des miliciens en armes barraient les entrées est, ouest et sud du palais républicain qui sert de résidence au chef du gouvernement Khaled Bahah qui s'y trouve, a indiqué un responsable yéménite.
Ces miliciens ont également fermé deux avenues qui mènent à cette résidence, située dans le centre de la capitale.
Le convoi du Premier ministre a essuyé des tirs de miliciens chiites lundi, alors que des combats se déroulaient autour du palais présidentiel, situé dans le sud de Sanaa.
Dans ce secteur, les combats ont cessé depuis lundi après-midi avec l'entrée en vigueur d'une trêve, mais la tension reste vive.
Des éléments de la garde présidentielle, lourdement armés et équipés de blindés et de pièces d'artillerie anti-aérienne, contrôlent les entrées du palais présidentiel, a rapporté le correspondant de l'AFP.
Les miliciens chiites, équipés d'armes légères, campent à quelque 500 mètres des entrées du palais, a-t-il ajouté.
Le président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui utilise rarement le palais présidentiel, se trouve dans sa résidence à Sanaa, selon un responsable yéménite.
Le président tente de réunir toutes les forces politiques du Yémen afin d'établir, selon un porte-parole officiel, "une feuille de route pour mettre fin aux violences".
Les combats de lundi ont fait au moins neuf morts et 67 blessés, selon le ministère de la Santé.
Ces combats ont éclaté deux jours après l'enlèvement par des miliciens chiites d'Ahmed Awad ben Moubarak, le chef de cabinet du président Hadi.
M. ben Moubarak est l'un des architectes du projet de Constitution qui prévoit un Etat fédéral avec six régions. Cette formule est refusée par les miliciens chiites car elle les prive notamment d'un accès à la mer.

AFP
Mercredi 21 Janvier 2015

Lu 563 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs