Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les chantiers d’urgence de Fawzi Lakjaâ

Du pain sur la planche pour le futur patron de la FRMF




Les chantiers d’urgence de Fawzi Lakjaâ
Plus que deux jours pour officialiser l’arrivée de Fawzi Lakjaâ à la tête de la Fédération Royale marocaine de football (FRMF), succédant ainsi au président sortant depuis belle lurette Ali Fassi Fihri.
Seul postulant à avoir déposé sa candidature avant expiration du délai (7 avril), Lakjaâ est bien parti pour être plébiscité à l’unanimité sans avoir besoin de recourir aux urnes. Après avoir été élu dans un premier temps aux dépens d’Abdelilah El Akram, lors de la fameuse assemblée générale réduite à néant par la FIFA, Fawzi Lakjaâ revient de nouveau à la charge pour décrocher pour de bon le fauteuil de président de la FRMF.
Une sacrée mission attend donc Fawzi Lakjaâ et l’équipe fédérale qui sera en poste. Un bureau qui devra  apporter d’urgences les premiers éléments de réponse à plusieurs problèmes qui affectent une discipline qui tarde à trouver sa planche de salut.
Au vu des échéances à venir, il est difficile de dire que le facteur temps plaide en faveur des nouveaux fédéraux sommés de s’atteler à la tâche. Si les chantiers de réforme à caractère structurel, genre infrastructure, formation, ou encore comment drainer davantage de bailleurs de fonds et de vendre au mieux le football national…, ne peuvent prendre forme de sitôt, d’autres, par contre, relèvent du champ des réalisables. A commencer par ceux qui meublent la vitrine, comme l’équipe nationale première et les deux principaux évènements qui auront lieu au Maroc, le Mondial FIFA des clubs en décembre 2014 et la Coupe d’Afrique des nations (CAN) prévue en janvier-février 2015.
Pour l’équipe nationale A, il est grand temps d’arrêter une fois pour toutes la mascarade et de s’attaquer au problème de façon sérieuse pour sauver les meubles tant qu’il est encore temps. Il se laisse entendre que le futur patron de la FRMF a sa petite idée en tête concernant le nouveau sélectionneur et que tout est OK entre les parties concernées. Reste à attendre le bon moment, l’après AG, pour annoncer officiellement l’entraîneur du Onze national qui conduira l’équipe lors de la prochaine CAN. 
Une CAN qu’il faudrait absolument réussir. Une manifestation qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis les années 90 et le Comité d’organisation marocain est acculé à faire mieux que son prédécesseur sud-africain qui n’a pas manqué de placer haut la barre. Il en est de même pour le Mondial des clubs dont la seconde édition marocaine doit être bien meilleure que la première.  

Mohamed Bouarab
Vendredi 11 Avril 2014

Lu 1314 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs