Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les cancans de la CAN




Florilège des choses vues et entendues, dans les coulissesde la Coupe d'Afrique des nations

Pluie. Les fortes averses à Oyem ont inspiré un journaliste marocain lors de la conférence de presse de Hervé Renard. Est-ce un présage heureux avant le choc contre la Côte d'Ivoire, sachant que la pluie est considérée comme une "bénédiction" au Maroc et dans la plupart des pays semi-désertiques ? "Sur ce sol gabonais, j'ai beaucoup de bénédiction", a répondu le technicien français, sacré en 2012 au Gabon avec la Zambie, tout sourire. "J'espère simplement que ce sont les âmes zambiennes qui sont dans le ciel qui me l'ont envoyée", a-t-il ajouté, l'air plus grave, en hommage aux victimes du crash de l'avion de la sélection zambienne au large de Libreville, le 27 avril 1993: 18 joueurs de l'équipe avaient péri à la suite de l'accident (30 morts au total).

Gazon maudit. Plusieurs voix se sont élevées dans les sélections du Ghana et de l'Egypte pour prier à voix haute de ne pas jouer leur quart de finale à Port-Gentil, où le terrain laisse à désirer. Mais celui qui finira premier de leur groupe D sera bien obligé de s'y plier. Ghana et Egypte jouent aujourd’hui sur cette pelouse... si la pluie arrête de tomber. Une grosse averse tropicale dimanche a laissé la surface de jeu engorgée et le staff de l'enceinte de Port-Gentil se démultiplie depuis en vue d’assurer des conditions de matches correctes.

Maladie. Comment allez-vous jouer offensivement coach ? A cette question classique, Florent Ibenge, l'entraîneur des Léopards de la RD Congo, a eu cette réponse: "En fait, vous voulez me demander si je vais jouer avec deux attaquants. Jouer avec deux attaquants, c'est la grosse maladie au Congo, mais il faut avoir l'équipe pour cela. Mais je ne vous en dirai pas plus".

Portugal. Emmanuel Adebayor, capitaine du Togo, sait que le parcours des Eperviers n'est pas glorieux avec 1 point pris seulement sur 6 possibles. Mais il y a de l'espoir. "On a regardé l'Euro-2016, le Portugal n'a pas gagné un match de groupe mais a gagné à la fin. Si on est qualifié pour les quarts de finale de la CAN par la petite route, ça va". Sauf qu'il le sait, il faudra gagner contre la RD Congo au dernier match de groupe.

Clan. "C'était notre 26e séance d'entraînement depuis le 1er janvier. On a bossé comme des fous. Avec un chef de clan exceptionnel". Voilà comment le sélectionneur du Togo Claude Le Roy a résumé le travail de ses troupes et a décrit son capitaine Emmanuel Adebayor.

Mercredi 25 Janvier 2017

Lu 331 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs