Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les cancans de la CAN




Les cancans de la CAN
Grant. Le sélectionneur du Ghana a multiplié les traits d’humour lors de la conférence de presse de samedi. Un journaliste qui se prend les pieds dans un câble: “Premier blessé de la finale!”, lance Avram Grant. Comme la CAF n’assure pas la traduction français-anglais, c’est Andre Ayew, qui lui traduit les questions en anglais. “Andre est un très bon interprète, encore meilleur que joueur!”, glisse le coach avant de répondre, faisant pouffer son N.10. Et si la finale se déroulait aux tirs au but, demande-t-on à l’entraîneur, qui a perdu ainsi une finale de Ligue des champions avec Chelsea. Réponse, en référence à un joueur qui avait échoué dan cet exercice: “Je vais appeler John Terry et lui poser la question!”
Grant (2). Souvent, les expériences pénibles deviennent de bons souvenirs avec le temps. Comme le bus utilisé par le Ghana à Mongomo: “Je ne l’oublierai jamais”, a lâché Avram Grant dans un large sourire. “Ça m’a rappelé le bus que je prenais quand j’avais 11 ans. C’était très excitant!”
Chambrer. “Jouer une CAN, c’est un rêve d’enfant qui se réalise, j’espère que demain (dimanche, NDLR) sera le plus beau jour de ma vie”, a déclaré le jeune défenseur Ivoirien Kanon. Et son entraîneur Herve Renard, d’ajouter pour le chambrer, déclenchant l’hilarité dans la salle de presse: “Il en a marre d’être avec moi. Il ne lui reste plus que deux jours à tenir”.
Chambrer (2). C’était une des images fortes de la CAN: lors d’un match de poule, Hervé Renard avait essuyé sa colère contre le jeune Kanon. “Ça arrive dans le foot. Le coach est comme notre papa, c’est pour le bien de l’équipe. Après, il fait ce qu’il veut!” Le défenseur a savouré une petite revanche en marquant un but en demi-finale, contre la RD Congo. “Après mon but, je voulais assassiner le coach!”, a-t-il plaisanté, faisant rire toute la salle, y compris son entraîneur.
Salto. Dans le foot, on n’est pas forcément un papi arthritique à 39 ans, en tous cas, pas le gardien de la RD Congo: Robert Kidiaba a fait un impressionnant saut périlleux arrière juste avant que l’attaquant équato-guinéen Balboa ne s’élance pour son tir au but dans la séance fatidique. Et ce dernier, pourtant un spécialiste des coups de pied arrêtés, a manqué le cadre. Un salto qui a déstabilisé Balboa, KO?

Lundi 9 Février 2015

Lu 243 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs