Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les cancans de la CAN




Les cancans de la CAN
Six. Le sélectionneur du Togo a-t-il dû convaincre son milieu Dové Womé d'assister à la conférence de presse de lundi ? Didier Six lui a en tout cas glissé à l'oreille, à l'issue de cet exercice devant les journalistes, un argument... intéressant: "C'est bien que tu sois là, c'est comme ça que les contrats arrivent après".
Six (bis). Il se passe toujours quelque chose avec la sélection du Togo, entre les allers-retours de son capitaine Adebayor et les déclarations de son entraîneur Didier Six. Lundi, le Français a fait une belle bourde en assurant qu'il y avait "la première place qui est en jeu, pour nous et pour les Tunisiens" lors du match Togo-Tunisie de mardi. Or, la Côte d'Ivoire est déjà assurée de la première place...
Préservatifs. En cas de qualification pour les quarts de finale, les Zambiens vont-ils avoir quartier libre et en profiter pour mettre en application les conseils de la Confédération africain (CAF) dans sa campagne antisida, incitant à l'usage du préservatif ? Rire gêné du capitaine Christopher Katongo. "Le coach peut nous donner quartier libre, mais nous on reste à l'hôtel. Ce n'est pas comme si on allait faire n'importe quoi. D'ailleurs, quand il nous voit boire du coca, c'est 20 dollars d'amende". Et son entraîneur Hervé Renard, en mimant les formes d'une femme gironde, de lancer dans l'hilarité générale: "Amenez un peu une fille comme une bouteille de coca..."
Jaune. Hervé Renard, champion d'Afrique en titre avec la Zambie, recherche une certaine reconnaissance du football français. D'où une phrase teintée d'humour jaune. "Cette année, la CAN est sur Canal+ Sport, alors que l'année dernière, elle était sur Orange. Il fallait un abonnement et peu de gens ont vu la CAN en France. Certains ont découvert cette année seulement qu'on avait gagné la CAN..."
Superstars. Le meneur de jeu burkinabé Alain Traoré n'a pu se retenir de rire lorsqu'on lui a demandé si l'euphorie avait gagné les Etalons, et s'ils se prenaient tout à coup pour des "superstars". "La question...", a-t-il commencé avant de pouffer, manifestement surpris de se voir prodiguer cette étiquette. "On sait qui on est, a-t-il repris. Le Burkina n'est pas encore qualifié, il faut garder la tête sur les épaules. Se considérer comme le favori ou prendre la grosse tête, ce n'est pas dans l'éducation des Burkinabés. Mais je vais laisser la parole au capitaine". Et de rire de nouveau.
Marabout. Il y avait foule lundi à la conférence de presse du Burkina Faso, une des sensations du premier tour avec son 4-0 contre l'Ethiopie. D'où vient donc cette confiance soudaine affichée par des Etalons longtemps inoffensifs, qui restaient sur 18 matches sans victoire en CAN (depuis 1998) ? "Peut-être que c'est le marabout !", a lâché leur sélectionneur Paul Put, déclenchant quelques rires.
AFP

Libé
Mercredi 30 Janvier 2013

Lu 309 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs