Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les budgets de l’enseignement et de l’habitat passés à la loupe : Les dysfonctionnements dénoncés par les parlementaires de l’USFP




L’absence d’une politique d’aménagement du territoire dans le gouvernement a privé le pays d’une vision stratégique devenue, plus que jamais, une nécessité pour encadrer les politiques publiques, concrétiser  leur intégration et augmenter la productivité. C’est ce qu’a soulevé Mohamed Ameur mardi lors de la réunion de la commission chargée de débattre du budget sectoriel du ministère de l’Habit, d’Urbanisme et de la Politique de la ville.  
La situation actuelle exige des mesures primordiales et décisives  pour pallier les dysfonctionnements qui marquent le secteur et davantage d’efforts de l’Etat au niveau des  priorités, a-t-il ajouté.
Pour ce qui est de la lutte contre l’habitat insalubre et les bidonvilles, Mohamed Ameur a fait savoir que cette question ne doit pas être résolue à  travers l’approche adoptée, jusqu’ici par l’Etat, à savoir la démolition, mais par une politique ferme à l’égard des mafias des spéculateurs immobiliers  qui se sont enrichis aux dépens des pauvres. Il a mis en garde contre la reproduction de la même erreur de  la politique des nouvelles villes qui ne disposent pas d'infrastructures scolaires, sanitaires et administratives.
Pour sa part, Abdelhadi Khairat a souligné qu’au niveau international,  l’avenir de ce secteur réside dans l’urbanisation accompagnant le phénomène de l’habitat, puisque la campagne ne constitue que 5% dans ces pays, et ceci s’inscrit dans l’évolution de l’humanité.
Tout en s’interrogeant sur le modèle préparé pour les Marocains, Abdelhadi Khairat a indiqué que le Holding Al Omrane reflète de manière claire les mauvaises  pratiques  du ministère de l’Intérieur, et ce durant  des décennies. Dans ce cadre, il a tenu à rappeler  de nombreux  exemples de ces pratiques dont le lotissement consacré aux fonctionnaires du Parlement, les constructions anarchiques à Settat, Ain Harrouda,  la caserne militaire relevant de Berrechid, entre autres.
Les constructions anarchiques à  Casablanca exigent un traitement exceptionnel qui soit au niveau de sa position comme capitale économique et de sa population, a fait savoir Abdelhadi Khairat. Les élus du Conseil de la ville qui n’hésitent pas à  transformer les sessions en  lieux de rixes et de bagarres sont-ils en mesure de gérer la chose publique de la ville et de mettre fin à ce phénomène ? s’est-il interrogé. L’envahissement du béton tout au long du littoral a privé les Marocains de la mer et met en cause la politique de l’aménagement et de l’habitat dans le Royaume à l’exception de la ville d’Agadir, a-t-il conclu.
Au niveau de la commission de l’enseignement, la culture et la communication, Ahmed Zaidi a voulu savoir les vraies raisons derrière le retard accusé dans l’octroi du budget du ministère de l’Education nationale, particulièrement pour les Académies.
Il a appelé le ministère à révéler le vrai chiffre des postes d’emploi qu’il a créés, à savoir 7200, alors que le gros morceau de ces postes, 2000, sera réservé à la régularisation de l’opération du recrutement direct qui a fait couler beaucoup d’encre lorsque son prédécesseur était à la tête du département de l’Education.
Tout en indiquant que le grand défi auquel fait face le Maroc est celui de l’éducation et la formation, Ahmed Zaidi s’est interrogé sur les raisons de l’annulation du Plan d’urgence et  de l’école d’excellence avant de poursuivre que le fait de rompre avec les expériences précédentes dans plusieurs secteurs est une catastrophe.
Après avoir  appelé  à l’élaboration d’un système éducatif intègre et clair, il a fait constater que l’enseignement au Maroc connaît une crise de niveau, ce qui prive les élèves issus des couches populaires d’accéder aux hautes fonctions. Il est temps de prendre en compte le Maroc profond, puisqu’il s’agit ici des programmes à même de concrétiser l’égalité entre tous les Marocains.
Ahmed Zaidi a saisi également cette occasion pour révéler de nombreux dysfonctionnements  de gestion et maux dont souffre l’enseignement au Maroc, notamment la surcharge des classes, la sécurité dans les écoles et leurs périphéries, l’enseignement privé, la consommation de drogues au sein de ces établissements, les agressions qui visent le corps enseignant, la déperdition scolaire, etc.
Pour sa part, Khadija Yamlahi a fait dans son intervention le lien entre l’éducation et les droits de l’Homme, la dignité et la mise en œuvre des lois contraignantes, la garantie des droits des garçons et des filles à l’éducation,  que ce soit en ville ou à la campagne. Elle a passé en revue les maux dont souffre l’école marocaine dont la crise  des valeurs, l’absence de règles définies ainsi que la prolifération de la violence, entre autres.
Tout en appelant à la nécessité de consolider les valeurs de démocratie pour que l’école soit réactive, Khadija Yamlahi se demande si cette dernière dispose de moyens et outils nécessaires pour inculquer ces valeurs aux jeunes. Et de poursuivre que toue réforme ne peut aboutir sans le traitement de la question de la langue afférente à l’identité et la formation.
Elle a aussi soulevé les répercussions  de l’enseignement  privé sur celui public, le manque criant en ressources humaines, les problèmes du préscolaire, la déperdition scolaire et le rôle des associations des parents d’élèves appelées à être partenaires à part entière dans le système éducatif.

Larbi Bouhamida
Vendredi 6 Avril 2012

Lu 712 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs