Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les blessures, la part sombre du football




Les blessures, la part sombre du football
Rapides, agressifs pendant plus d’un mois, des footballeurs super-entraînés vont se battre pour remporter la Coupe du monde au Brésil, mais derrière leurs exceptionnelles performances se cache le risque toujours présent des blessures.
“Nous savons que dans les meilleures équipes, il y a toujours entre 20 et 30% de joueurs blessés. 
C’est un gros problème”, souligne Ewald Hennig, professeur de biomécanique à l’Université de Duisburg-Essen en Allemagne.
Combinant vitesse accélérée, rotation corporelle et impact, le football est l’un des sports les plus concernés par les blessures: elles touchent principalement les jambes des joueurs - contusions musculaires, entorses au niveau des articulations, claquages, ruptures de ligaments -, mais aussi plus rarement la tête.
Pour les spécialistes, les blessures sont favorisées par des saisons trop longues, les exigences du public et certains équipements utilisés lors de l’entraînement.
Selon une récente étude faite sur d’anciens joueurs professionnels âgés de 30 à 49 ans, entre 40 et 80% d’entre eux souffraient d’arthrose du genou, contre 15 à 25% dans la population générale.
Selon Hennig, l’entraînement pourrait être partiellement responsable des blessures car il a tendance à accélérer le jeu, “ce qui le rend beaucoup plus dangereux”.
La préparation musculaire a également évolué au fil des années.
Auparavant on demandait aux joueurs de s’entraîner à courir en montant et redescendre en marchant. Ils sont désormais invités à courir dans les descentes, y compris sur des escaliers.
Empruntée à l’athlétisme, la technique vise à agir sur le système nerveux pour réagir plus rapidement et renforcer la coordination musculaire.
Mais en exerçant une pression plus forte sur les articulations et les os, elle augmente le risque d’accidents.
Les chaussures sont également en cause. Alors qu’autrefois elles étaient censées protéger la cheville et que leur robustesse (elles pouvaient peser jusqu’à un kilo) permettait d’absorber une partie des coups portés par les joueurs de l’équipe adverse, elles ne pèsent aujourd’hui plus que 100 grammes.
La fatigue physique et psychique risque également de se faire sentir dans la mesure où plusieurs championnats nationaux se terminent quelques semaines à peine avant la Coupe du monde. “En France, nous considérons qu’il faut un mois entre la fin du championnat et la Coupe du monde” relève Jean-François Toussaint, directeur de l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes) à Paris.
Mais il ajoute que la durée de la récupération varie d’un joueur à l’autre et que “si l’on n’en tient pas compte, il y a un risque de surcroît de blessures”.

Mercredi 21 Mai 2014

Lu 95 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs