Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les banques centrales et leurs divergences resteront l’obsession des marchés financiers




Les banques centrales et leurs divergences, Fed et BCE en tête, resteront en 2016 l’obsession de marchés financiers toujours volatils, accrocs à l’argent pas cher, et encore circonspects face à la reprise économique mondiale.  La Banque centrale européenne avait inauguré 2015 en ouvrant grand les vannes monétaires, la Réserve fédérale américaine clôt l’année en donnant son premier tour de vis en presqu’une décennie. Entre ces deux bornes, les places financières ont connu pratiquement un an de montagnes russes.  La divergence monétaire entre les deux puissances économiques est donc désormais consommée, même si de fait la remontée des taux directeurs américains reste à ce stade symbolique.
 Concrètement, cette décision change-t-elle la donne ?
 “Non”, répond sans hésiter, Patrick Jacq, un spécialiste du marché obligataire de BNP Paribas, “parce que la Fed fait exactement ce que les marchés attendaient, qu’ils l’ont déjà intégré et que l’ajustement va se faire de manière très progressive”.
 “Cette désynchronisation est liée à celle des cycles économiques. Celui de l’Europe a quatre ans de décalage par rapport aux Etats-Unis”, explique Christophe Donay, responsable de l’allocation d’actifs et de la recherche économique chez Pictet Wealth Management qui prévoit une année 2016 de croissance au niveau mondial “mais sans éclat”. Les principaux facteurs de déstabilisation sont à chercher du côté des pays émergents, avec “une crise financière dans certains pays comme le Brésil notamment et dans un degré moindre en Russie”, explique M. Donay. La Chine, qui a fait trembler les places financières au mois d’août avec son krach boursier, reste surveillée comme le lait sur le feu.
 Mais “c’est plutôt une source d’incertitude que de risque”, note Alain Bokobza, responsable de l’allocation d’actifs chez Société Générale-CIB.   D’autant que la transition de la Chine aujourd’hui “usine du monde”, dont la croissance est tirée par l’industrie, vers une économie plus mature reposant sur sa consommation intérieure est, de l’avis général, une évolution nécessaire.
 L’érosion continue des prix du pétrole constitue aussi une arme à double tranchant. Jusqu’ici, leur baisse offre une aubaine de croissance pour nombre de pays. “Mais si elle se poursuit, elle fera peser une pression supplémentaire sur les entreprises du secteur et augmentera la vulnérabilité des économies émergentes”, argumente M. Donay.

Mardi 22 Décembre 2015

Lu 221 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs