Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les associations des droits de l’Homme épinglent Mohamed Hassad




Les associations des droits de l’Homme épinglent Mohamed Hassad
Le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad est dans la ligne de mire de plus de 40 organisations de la société civile. Celles-ci ont dénoncé dans un communiqué commun les déclarations du ministre au Parlement faites le 15 juillet et accusant des associations des droits de l’Homme d’avoir un agenda servant des intérêts étrangers « sous prétexte de travailler pour les droits de l’Homme », et qu’elles portent, ainsi, atteinte à la sécurité du pays.
 « Ce sont des déclarations irresponsables visant à sous-estimer l’action  des associations des droits de l’Homme », ont-elles martelé en demandant au  ministre de l’Intérieur de s’excuser d’avoir proféré « ces accusations ».
Les organisations signataires de ce communiqué incendiaire, entre autres, le FMVJ, l’AMDH, l’OMDH, la LMDDH, l’Association Adala, la Coordination maghrébine des associations des droits de l’Homme, Transparency Maroc, Amnesty-Maroc…, affirment que les déclarations du ministre de l’Intérieur ne peuvent être considérées comme « une erreur isolée » ou « un lapsus », mais elles « s’inscrivent dans le cadre d’un plan autoritariste visant les droits et les libertés essentielles au Maroc sous couvert de la lutte contre les menaces terroristes extérieures ».
Selon la même source, accuser les associations des droits de l’Homme de servir un agenda étranger « est un acte prémédité qui vise à induire en erreur  l’opinion publique sur les activités de ces associations qui s’insèrent dans le cadre de leur mission et de leurs obligations visant à  promouvoir et à protéger les droits de l’Homme ». Et d’ajouter qu’«au moment où nous attendions un changement de la politique officielle envers la protection des défenseurs des droits de l’Homme et de l’harmonisation de l’arsenal juridique national avec les dispositions des conventions internationales en la matière, les pouvoirs publics par la voix du ministre de l’Intérieur ont sous-estimé le rôle indépendant des associations et leur participation à l’édification d’un Etat de droit en tant que partie intégrante de la  démocratie ».
A noter que ces associations organiseront ce jeudi à 11 heures une conférence de presse au siège du Syndicat national de la presse marocaine pour exprimer leurs préoccupations  à propos « des déclarations irresponsables et provocatrices du ministre de l’Intérieur ».

Mourad Tabet
Jeudi 24 Juillet 2014

Lu 1015 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs