Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les anciens salariés de Renault à Agadir : La caravane de la mémoire




Les anciens salariés de Renault à Agadir : La caravane de la mémoire
La région du Souss-Massa avait rendez-vous ce mois d’avril avec l’histoire, celle des anciens travailleurs de Renault dans une ambiance empreinte d’émotion. Après Tiznit, Oulad Taïma et Ait Melloul, Agadir a accueilli dernièrement , la Caravane des anciens travailleurs de Renault-Billancour Ile Seguin/France au complexe Jamal Addourra. Au menu de la Caravane : Mémoires vives, une exposition de photos retraçant l’histoire d’une industrie automobile, ses travailleurs immigrés, leurs combats, leurs souffrances. Organisé par l’Association des anciens travailleurs de Renault de l’Ile Seguin (ATRIS), en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et l’Institut français d’Agadir, la Caravane constitue une opportunité d’échanges avec notamment le public jeune, venu nombreux entendre la voix de la mémoire d’une époque précise. Répondant à une question sur le choix de la région pour faire revivre des moments aussi forts, un membre de l’ATRIS a souligné que « la région du Souss-Massa à beaucoup participé dans le développement d’un pays ami ». Le CCME explique sa participation à la Caravane par le fait que « Nous nous intéressons aux Marocains dans leur diversité ». La directrice de l’IFA, consciente de la responsabilité de la France dans cette phase de son histoire  parle d’un « …devoir de mémoire, de transmission aux générations futures » avant d’ajouter : « C’est pour ça que notre engagement est réel». A cette occasion un documentaire de Mehdi Lallaoui a été visionné. Ce film est une succession de témoignages poignants qui vont marquer quelques-uns des 11 mille travailleurs de la première usine Renault de l’Ile Seguin. Mohamed Amri, les larmes aux yeux, se rappelle « cette époque ». Partageant des moments forts vécus ensemble avec des milliers d’autres ouvriers spécialisés issus de l’immigration, il a toujours en tête la mort de Chrif, englouti par la presse. La fermeture de l’usine Renault en 1992 a créé un traumatisme qui subsiste toujours. La Caravane : Mémoires vives est une manière d’exorciser le mal pour perpétuer le souvenir par la transmission.

Nour-Eddine salouk
Mardi 5 Mai 2009

Lu 424 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs