Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les amateurs font leur cinéma à Oujda




Neuf films sont en compétition officielle dans le cadre de la deuxième édition du Festival national du film amateur d’Oujda (FONFA), qui s’est ouverte mercredi soir dans la capitale de l’Oriental sous le thème «La langue cinématographique».
La soirée d’ouverture marquée notamment par la présentation des films en compétition et les membres du jury, a été agrémentée par la prestation de la chanteuse de l’art Gharnati, Bayan Belayachi et des lectures en Zajal (poésie en arabe dialectal marocain).
Dans une déclaration à la MAP, le directeur du FONFA, Moussaoui Azzeddine a indiqué que ce festival, initié par l’Association "Message d’art pour le développement et la création", se veut une manifestation culturelle et cinématographie des jeunes pour les jeunes, ajoutant que ce qui était connu lors de la première édition sous le nom de «Forum pour le film amateur d’Oujda» est devenu aujourd’hui un festival dédié à cette forme d’expression artistique. Le festival qui se poursuivra jusqu’à dimanche prochain, ambitionne de mettre en contact des cinéastes en herbe avec des figures de proue du 7ème art, a souligné le jeune Moussaoui, ajoutant qu’un jury de quatre professeurs et cinéastes se penchera sur la sélection des meilleurs films au cours de cette édition. Un hommage sera rendu, par la même occasion, à l’artiste musicien Omar Bouchnak et à l’acteur Ba Bouchaib, qui a accumulé une expérience de plus de 50 ans dans le domaine du cinéma, a-t-il dit.
Le Festival national du film amateur renforcera la dynamique culturelle que connait la ville d’Oujda aux côtés des festivals méditerranéen et maghrébin, deux rendez-vous incontournables de la région, a précisé le directeur de cette manifestation, se félicitant de l’intérêt porté par les jeunes aux ateliers de formation qui leurs permettent de s’initier notamment à l’analyse de l’image, au scénario et à la photographie. Le jury de cette deuxième édition, présidé par le professeur Ahmed Sijilmassi, est composé de Bouchta Lmachrouh, Bouchaib Benyounes et Morad Lfiguigui. Les films en lice pour le grand Prix sont «Réfraction» (Ouarzazate), «Vers une nouvelle vie» (Casablanca), «A suivre» (Rabat), «l’impasse» (Meknès), «Un grain de sable» (Fès), «Le dernier souffle» et «La pomme» (Berchid), «Y a-t-il de l’espoir» (Berkane) et «Lahraymya (la malicieuse)» (Beni Mellal).

Libé
Vendredi 7 Octobre 2016

Lu 287 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs