Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les agriculteurs marocains doivent relever un grand défi


Des experts plaident pour la réalisation de la sécurité alimentaire et l’atténuation des changements climatiques



Des experts nationaux et internationaux ont plaidé, mercredi à Meknès, pour la réalisation de la sécurité alimentaire qui ne peut être garantie que par des mesures d'atténuation et d'adaptation aux changements climatiques.
Les agriculteurs marocains doivent relever un grand défi qui consiste à assurer une sécurité alimentaire, tout en protégeant l’environnement et les ressources naturelles, et ce dans le cadre d’une approche verte qui respecte les équilibres environnementaux, a indiqué le président du Conseil général du développement agricole, Mohamed Ait Kadi, dans une allocution d'ouverture de la 4ème édition du Séminaire international "Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée" (SESAME), organisé en marge de la 11ème édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM2016) qui se tient du 26 avril au 1er mai. "Nous devons intégrer les évolutions climatiques, les dynamiques d’urbanisation, la disponibilité de l’eau et de l’énergie", a-t-il insisté, notant que l’ensemble des problèmes quantitatifs et qualitatifs liés notamment à la création d’emplois et à l’éradication de la faim et de la pauvreté doivent être pris en compte.
Et d’ajouter que les communautés internationales doivent faire preuve de plus d’imagination et d’audace pour organiser et favoriser le partage et les bonnes pratiques dans ce cadre, notant que le SESAME constitue un rendez-vous renouvelé fondé sur les vertus d’un dialogue nourri par la science et le désir de penser ensemble un futur de progrès économique et humain dans la région.
De son côté, le directeur de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), Mohamed Badraoui, a fait savoir que le Maroc a cumulé une importante expérience en matière d’atténuation et d'adaptation aux changements climatiques, grâce notamment aux efforts fournis par les différents départements concernés et leur ferme engagement pour contrecarrer les effets néfastes de ce phénomène.
Il a également affirmé que le Maroc ne ménagera aucun effort en faveur du partage de son expérience avec les pays africains et de la Méditerranée dans le domaine.
Quant au directeur adjoint du département "Performances des systèmes de production et de transformation" (Persyst) au Centre international de recherche agronomique pour le développement (CIRAD), Hervé Saint Macary, il a précisé que l’initiative "4 pour 1000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat", lancée à Paris lors de la COP21, le 1er décembre 2015, et inscrite dans le Programme d’action Lima-Paris, vise à promouvoir des systèmes agricoles et agro-sylvo-pastoraux à même de stocker davantage de carbone dans les sols, et donc  plus productifs et plus résilients.
La présidente d'Agreenium, Marion Guillou, a, pour sa part, relevé la nécessité de capitaliser sur les engagements de la COP21 veillant à limiter les répercussions négatives des changements climatiques sur le secteur agricole, de manière à garantir une agriculture résiliente et durable.
Le SESAME 4, séminaire de réflexion multiacteurs Nord-Sud, a pour objet, comme les précédentes éditions, d’aller "de la science à la politique en passant par le terrain" afin de faire ressortir des stratégies alternatives à même de mieux gérer les ressources naturelles, d’améliorer la sécurité alimentaire et de contribuer au développement durable des territoires dans les 3 sous-régions : Méditerranée du Nord/Europe du Sud, Méditerranée du Sud/Afrique du Nord et Afrique de l’Ouest.
Il s’articule, lors de cette édition, autour de trois panels, à savoir les acquis de la science pour réaliser le triple gain sécurité alimentaire-atténuation et adaptation, les outils de financement et les aspects relatifs aux stratégies, politiques, gouvernance et institutions aux niveaux régional, national et territorial.
Depuis sa création en 2006, le SIAM, initié sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, s’est assigné comme objectifs de faciliter les échanges entre les différents intervenants en matière d'expertise, de savoir et d'expérience, favoriser le transfert des nouvelles technologies et de sensibiliser les partenaires à la nécessité de la protection des ressources naturelles.

Libé
Vendredi 29 Avril 2016

Lu 385 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs