Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les affaires de dopage à tire-larigot touchant l’athlétisme marocain soulèvent l’indignation générale : Vivement un vrai coup de pied dans la fourmilière !




Les affaires de dopage à tire-larigot touchant l’athlétisme marocain soulèvent l’indignation générale : Vivement un vrai coup de pied dans la fourmilière !
Les scandales se suivent et se ressemblent pour notre sport national et plus précisément l’athlétisme qui, traîné dans la boue par des affaires pas propres du tout, en  éclabousse gravement, l’image et le prestige du Royaume. Après Meriem Alaoui Selsouli et Abderrahim Goumri, voilà qu’un autre athlète marocain, Amine Laalou en l’occurrence, se fait épingler par l’IAAF pour dopage. Pour le fondeur, à quelques heures du départ des séries et auxquelles auront pris part, avec succès d’ailleurs, Mohamed Moustaoui et Abdelaati Iguider, les J.O étaient finis avant même que d’avoir commencé. Il a été renvoyé tel un malpropre de Londres et de la Grande-Bretagne. Notre illustre FRMA l’a, en cette « mémorable » occasion, suspendu provisoirement en attendant, semble-t-il, de l’entendre.

Les affaires de dopage à tire-larigot touchant l’athlétisme marocain soulèvent l’indignation générale : Vivement un vrai coup de pied dans la fourmilière !
Et comme un malheur n’arrivant jamais seul, notre sprinter et représentant Aziz Ouhadi aux 100 et 200m, s’estimant vraisemblablement très clean, aurait, selon Médi 1, refusé de se soumettre à un contrôle. Du coup, son exclusion des Jeux de Londres, lui aurait été, selon Medi 1,  illico presto, pour ne pas dire manu militari, signifiée et ce, conformément  au règlement du C.I.O qui considère pareil cas, comme celui d’un dopage caractérisé, dès lors que l’on s’abstient de se plier au test.
Ils étaient une trentaine d’athlètes retenus par la FRMA, qui devaient nous représenter aux J.O 2012 de Londres. 
Ces «épinglages» à répétition et «que Dieu nous préserve d’autres», auront en un laps de temps drôlement entaché la réputation de notre athlétisme puisque c’est le seul parmi tous les sports marocains présents à Londres à avoir été incriminé. Et de quelle façon! La honte ! C’est un coup bas et vil porté à la fierté de nous autres Marocains par nos propres enfants. Et encore, on vous épargne  les rumeurs et suspicions quant à certains produits illicites et matériels y afférents que l’on aurait découverts au village olympique et que l’on aurait imputés à notre délégation. La totale qu’on vous dit ! 

Les affaires de dopage à tire-larigot touchant l’athlétisme marocain soulèvent l’indignation générale : Vivement un vrai coup de pied dans la fourmilière !
Amine Laalou et Meriem Alaoui Selsouli ont été contrôlés à un diurétique, le furosémide dont semblerait être fortement imprégné l’air d’Ifrane, lieu de villégiature d’avant Jeux, des enfants à Ahizoune. L’une s’est fait piquer à Paris lors du meeting d’Areva au début du mois dernier et l’autre à Monaco à quelques jours de l’ouverture des J.O. La substance par laquelle est venue cette cata, est utilisée par les sportifs resquilleurs afin de dissimuler lors des contrôles anti-dopants, les prises d’anabolisants. 
D’humble avis, il est grand temps de donner un grand coup dans, primo, cette fourmilière nommée FRMA et par voie de conséquence, sa tutelle, le ministère de la Jeunesse et des Sports en incluant ceux qui étaient à sa tête avant l’ère Ouzzine. Aujourd’hui bien plus que des cas individuels, ce sont des représentants  de la nation qui, par leurs comportements tricheurs, ont sérieusement sali le drapeau marocain. Il y a des responsables à tous les niveaux, depuis l’athlète lui-même en passant par leurs encadreurs qu’ils soient sportifs, médicaux ou autres, jusqu’aux plus hautes sphères qui gèrent cette instance sportive et ses affaires.
 

Les affaires de dopage à tire-larigot touchant l’athlétisme marocain soulèvent l’indignation générale : Vivement un vrai coup de pied dans la fourmilière !
Autre cas, très significatif des  défaillances de la FRMA en cette tourmente qui la secoue sans fin, c’est la communication. Un fédéral de son état, estimant qu’il n’y avait pas péril en la demeure, sur une chaîne arabe, n’a pas trouvé mieux que de s’en prendre aux médias trouvant qu’ils en faisaient un peu trop. 
Il y a des limites et le président  de la FRMA Ahizoune devrait assigner le bonhomme au service du nettoyage, car il va falloir balayer dur devant chez soi. Charité bien ordonnée commence par soi-même, dit-on.
D’un autre côté et plus pathétique encore, sur d’autres ondes, Lahcen Karam président de l’Association marocaine de lutte contre le dopage, s’est dit choqué de voir les athlètes marocains harcelés de la sorte par les instances internationales. Comme si c’était le C.I.O, l’IAAF et autres qui se dopaient.
Dommage pour cette catégorie de sport qui nous a tant donné et dont les héros de jadis, sont aux oubliettes aujourd’hui, au bonheur et profit d’inefficaces cols blancs.
Non ! Il n’y a vraiment plus de quoi être fier, pas plus en ce début de semaine que très certainement à sa fin. Il va devoir se préparer au pire ! 
 

Mohamed Jaouad Kanabi
Lundi 6 Août 2012

Lu 1382 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs