Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les ados d'aujourd'hui sont moins actifs




Un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) fait le point sur la consommation alimentaire et l’activité physique des Français. L’étude se base sur les données du projet INCA 2 réalisé entre 2005 et 2007, comparées à celles de la première étude réalisée entre 1998 et 1999.
Point majeur mis en valeur par le rapport : les adolescents ne bougent pas assez, surtout les filles. Jean-Luc Volatier, de l’Afssa, précise : "Moins d'un adolescent sur deux âgé de 15 à 17 ans (43,2 %), atteint un niveau d'activité physique entraînant des bénéfices pour la santé, avec une forte différence entre les deux sexes : plus de six garçons sur dix, contre moins d'une fille sur quatre".
Plus d’un adolescent sur deux ne suit pas les recommandations de pratiquer une heure d’activité physique chaque jour. Un adolescent sur cinq ne ferait pratiquement jamais de sport. Dans les milieux défavorisés, la pratique sportive est moins développée, surtout chez les filles. La mauvaise estime de soi, ne pas se sentir bien dans son corps, ne pas avoir envie de se montrer, sont souvent des facteurs d’arrêt du sport.
A l’école, le nombre d’heures de pratique sportive diminue avec l’âge. En maternelle, elle est recommandée chaque jour. En primaire, trois heures par semaine. Quatre heures en sixième, trois heures en cinquième, puis deux heures au lycée. Par rapport aux ados d’il y a trente ans, les adolescents sont 40 % moins actifs.
La moitié des jeunes n’utilise pas un moyen de transport actif (vélo, marche à pieds, rollers) pour se rendre à l’école. La sédentarité est accentuée par les écrans de télévision, consoles de jeux et ordinateurs : les 3-17 ans passent ainsi 3 heures par jour en moyenne devant un écran.
Les chercheurs insistent sur le besoin d’une activité physique pour limiter les risques d’obésité, prévenir les maladies cardiovasculaires et chroniques (diabète, cancer), mais aussi réduire le stress et favoriser le sommeil nécessaire à la croissance. Le sport contribue aussi au développement psychologique et participe à l’amélioration des résultats scolaires.

Maxisciences
Mardi 1 Septembre 2009

Lu 148 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs