Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les USA jugent la zone de défense chinoise inacceptable

Un dialogue de sourds entre Pékin et Washington




Les USA jugent la zone de défense chinoise inacceptable
Les Etats-Unis ont jugé jeudi que la nouvelle zone de défense aérienne chinoise, établie le 23 novembre en mer de Chine orientale, était "inacceptable «et ne devait pas être mise en place en pratique, mais ils se sont gardés de demander à Pékin de revenir sur son annonce.
Jay Carney, porte-parole de la Maison blanche, a qualifié l'instauration de la zone au-dessus de l'archipe Diaoyu-Senkaku, revendiqué par Pékin et Tokyo, de mesure «dangereuse et provocatrice", indigne d'une grande puissance.
  "Nous, les Etats-Unis, ne la reconnaissons ni ne l'acceptons et elle ne changera pas la façon dont les Etats-Unis mènent leurs opérations militaires dans la région", a-t-il dit aux médias, à propos de la disposition, qui impose à tous les avions survolant la zone de faire connaître aux autorités chinoises leurs plans de vol et de maintenir un contact radio.
 Au cours d'une visite à Pékin, Joe Biden, vice-président des Etats-Unis, a parlé cette semaine d'un malaise "considérable «dans la région, mais a rappelé l'importance de la confiance entre Washington et Pékin.
 Prié jeudi de dire si Washington se satisferait d'une solution diplomatique qui permettrait à Pékin de ne pas revenir sur la mise en place théorique de la zone, sans l'appliquer en pratique, Jay Carney a éludé la question, la qualifiant de simple problème "sémantique".
 "J'ai - ainsi que d'autres - clairement jugé cela inacceptable", a-t-il déclaré. "Nous demandons à la Chine de ne pas la mettre en place. Je pense que si elle n'est pas mise en place (...) cela rend assez bien compte de notre position. Nous ne la reconnaissons pas."
Le porte-parole de la Maison blanche a également demandé à la Chine de ne pas mener d'autres actions de ce type dans la région et d'établir des voies de communication d'urgence avec plusieurs voisins, dont la Corée du Sud et le Japon, pour "faire face aux dangers créés par son annonce récente".

REUTERS
Samedi 7 Décembre 2013

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs