Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les USA dénoncent les informations sur l’espionnage

Apaiser la colère de la France et du Mexique




Les USA  dénoncent les informations sur l’espionnage
Les services de renseignements américains ont été contraints de réagir face à la colère exprimée par la France et le Mexique sur l’étendue de l’espionnage américain, en assurant que les informations de presse à ce sujet étaient “inexactes et trompeuses”.
Le directeur du renseignement américain James Clapper est monté personnellement au créneau pour mettre en doute les articles publiés en France par le quotidien Le Monde qui ont vivement relancé la polémique.
“L’information selon laquelle l’Agence de sécurité nationale (NSA) a collecté plus de 70 millions d’enregistrements de données téléphoniques de citoyens français+ est fausse”, a assuré M. Clapper, sans dire toutefois en quoi cette assertion était inexacte.
Certains observateurs et médias français relativisaient eux aussi l’importance du coup de froid entre les deux capitales, à l’instar du quotidien populaire Le Parisien/Aujourd’hui en France qui titrait mercredi: “Paris se fâche, mais pas trop”. Les experts soulignent aussi que les deux pays ont besoin l’un de l’autre dans la coopération contre le terrorisme.
Selon Le Monde, qui cite des documents de l’ex-consultant de l’agence américaine Edward Snowden, la NSA a effectué 70,3 millions d’enregistrements de données téléphoniques de Français entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013 et a en outre espionné les ambassades françaises.
Paris avait renouvelé mardi ses demandes d’explications tout en précisant, par la voix de la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, ne pas souhaiter une “escalade”.
De son côté, le ministre mexicain de l’Intérieur Osorio Chong a annoncé mardi soir que Mexico allait mener une enquête “exhaustive” sur les activités d’espionnage prêtées aux Etats-Unis.
Le gouvernement a, selon lui, “examiné et renforcé les mécanismes de sécurité des communications vocales et de données, ainsi que les réseaux, logiciels, systèmes d’encodage et de cryptage utilisés par le président et de tous les services de sécurité du gouvernement”, depuis l’arrivée d’Enrique Peña Nieto à la présidence en décembre 2012.
Le chef de la diplomatie mexicaine, Jose Antonio Meade, de passage à Genève, avait annoncé peu auparavant la convocation prochaine de l’ambassadeur des Etats-Unis sur les révélations d’une surveillance par la NSA des courriels de l’ex-président Felipe Calderon.
Le 5 septembre, le président Pena Nieto avait assuré que Barack Obama lui avait promis une enquête sur les accusations d’espionnage lors de sa campagne présidentielle de 2012.
Il a demandé que cette enquête soit achevée dans un “bref délai” pour déterminer les éventuels responsables de ces activités d’espionnage.

AFP
Jeudi 24 Octobre 2013

Lu 73 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs