Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Tunisiennes s’insurgent contre l’obscurantisme : Bras-de-fer entre les femmes et les islamistes




Les Tunisiennes s’insurgent contre l’obscurantisme : Bras-de-fer entre les femmes et les islamistes
La Tunisie a célébré hier la fête nationale de la femme tunisienne. Une journée particulière cette année puisqu’elle a coïncidé avec le 56ème anniversaire de la promulgation du Code de statut personnel. Un texte qui est en avance sur ceux en cours dans le monde arabe. Mais cette célébration a eu un avant-goût amer. Une menace plane sur les droits des femmes et de ce fait, leur statut se trouve au cœur d’une large polémique. Sont-elles en train de perdre leurs acquis ? Alors que leurs revendications allaient vers le droit à la parité voire à l’égalité, les voilà  confinées dans une sorte de «complémentarité» qui brise tous leurs espoirs.
En effet, le 1er août 2012, la commission des «droits et libertés» a adopté, grâce aux voix des députés (et députées) islamistes, un texte équivoque stipulant que «l’Etat assure la protection des droits de la femme, de ses acquis, selon le principe de complémentarité avec l’homme au sein de la famille et en tant qu’associée de l’homme dans le développement de la patrie».
Pourtant l’article 22 du projet de la nouvelle constitution stipule que «les citoyens sont égaux dans leurs droits et leurs libertés et devant la loi, sans discrimination d’aucune sorte». Les droits de la femme se trouvent ainsi annexés à ceux de l’homme. La femme n’est donc plus une citoyenne à part entière, selon la lecture de ce texte qui suppose que la notion de femme soit uniquement définie en fonction de l’homme et non en fonction de sa propre citoyenneté.
Ce projet de texte de loi risque de bouleverser tout le cadre juridique des relations entre les hommes et les femmes, remettant ainsi en cause les lois basées sur le principe d’égalité entre les sexes, consacrées par le Code du statut personnel.
Bien que non encore voté en séance plénière, ce texte a soulevé un véritable tollé au sein de nombreuses associations tunisiennes qui y ont vu un appel à la vigilance. Elles n’arrivent pas à comprendre comment on peut en arriver là dans un pays qui a toujours joui d’un statut avant-gardiste par rapport à la question des droits des femmes. L’hégémonie du parti islamiste au sein de la Constituante est pointée du doigt. Beaucoup ont vu dans son ascension au pouvoir une réelle menace pour les acquis de la femme. Les rumeurs parlent même d’un possible retour à la polygamie.
La société civile n’est pas restée les bras croisés. Elle fait circuler sur la Toile une pétition, à l’adresse de l’Assemblée nationale constituante, marquant l’engagement de la société civile aux  droits de la femme et, notamment, au principe d’égalité soulignant que «la femme est citoyenne au même titre que l’homme et ne doit pas être définie en fonction de lui». Les appels à manifester se multiplient. Les activistes féminines organisent des marches et des manifestations pour défendre leur égalité et demander le retrait définitif de l’article controversé en question. Une bataille rangée  qui se fera cette fois entre les Tunisiennes elles-mêmes : d’un côté les adeptes d’une situation qui les confine au rang de sous-hommes et, de l’autre, celles qui défendent farouchement leurs libertés. Un vrai bras de fer. 

Nezha Mounir
Mardi 14 Août 2012

Lu 347 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs