Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Occidentaux temporisent sur l’intervention en Syrie

Désaccord au Conseil de sécurité




Les Occidentaux temporisent sur l’intervention en Syrie
 
Les puissances occidentales, Etats-Unis en tête, temporisaient jeudi sur une possible attaque militaire contre la Syrie, tout en affichant, comme le président américain Barack Obama, leur volonté de donner "un coup de semonce" à Damas pour l'usage d'armes chimiques.
Barack Obama a affirmé mercredi dans une interview télévisée ne pas avoir pris de décision sur une éventuelle intervention en Syrie, mais a évoqué un "coup de semonce", tandis que Londres disait vouloir attendre l'enquête de l'ONU sur l'attaque chimique qui a fait des centaines de morts le 21 août. Sans surprise, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine) ont affiché de leur côté leurs désaccords sur une résolution justifiant une offensive militaire en Syrie. "Je n'ai pas encore pris de décision" sur une action en Syrie, a indiqué le président des Etats-Unis sur la télévision publique PBS. Pendant le week-end, alors qu'émergeaient les détails de l'attaque à l'arme chimique près de Damas, les Etats-Unis avaient considérablement durci le ton contre le régime syrien, et une intervention armée avait ensuite semblé imminente alors que les tractations s'intensifiaient entre Washington et ses alliés occidentaux, Londres et Paris en tête.
Mercredi, tout en assurant que son pays avait conclu à la responsabilité du gouvernement de Bachar Al-Assad dans cette attaque chimique, le président des Etats-Unis a écarté un "engagement direct militaire" de son pays dans la guerre civile syrienne.
L'idée sous-jacente est que le gouvernement syrien "reçoive un message assez fort sur le fait qu'il ferait mieux de ne pas recommencer" à utiliser des armes chimiques, a-t-il expliqué.
Le Royaume-Uni de son côté ne va pas lancer d'action militaire en Syrie avant d'avoir eu connaissance des résultats des experts de l'ONU qui enquêtent sur place sur l'attaque du 21 août, selon une motion du gouvernement qui doit être soumise jeudi à un vote du Parlement. A Paris, le porte-parole du gouvernement français, Mme Najat Vallaud-Belkacem, a estimé jeudi matin que la riposte militaire préparée par les Occidentaux à l'attaque chimique est "compliquée à construire".
Selon le patron des Nations unies Ban Ki-moon, les experts ont besoin de quatre jours pour boucler leur mission entamée lundi, avant de procéder à des analyses et de présenter leur rapport.
Ces experts ont mené mercredi leur deuxième visite sur l'un des sites attaqués et effectué des prélèvements sanguins, d'urine et de cheveux auprès de victimes.
 Au Conseil de sécurité, la ligne de fracture entre les cinq pays membres permanents a reflété fidèlement les positions de chacun sur le conflit.
 Mais le pouvoir syrien a démenti tout recours aux armes chimiques, accusé les rebelles et expliqué que les Occidentaux "inventaient" des prétextes pour attaquer. Pour le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, une frappe provoquerait une "déstabilisation supplémentaire de la situation", tandis que l'Iran, autre allié de Damas, a jugé qu'une action militaire "serait un désastre pour la région".

AFP
Vendredi 30 Août 2013

Lu 434 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs