Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les ONG indignées par son refus de publier les photos des tortures pratiquées par les GI’s

Barack Obama couvre les tortionnaires




Les ONG indignées par son refus de publier les photos des tortures pratiquées par les GI’s
Les grandes organisations de défense des libertés se disent indignées par la reculade du nouveau président américain. Barack Obama avait promis de publier de nouvelles photos de sévices qu’auraient pratiqués des soldats américains sur des prisonniers.
Après réflexion, c’est non. Barack Obama, inquiet que la publication de nouvelles photos, n’enflamme l’opinion anti-américaine, il a ordonné à son administration de contester l’ordre de justice sommant le Pentagone de rendre publiques ces photos montrant les abus auxquels se seraient livrés des soldats américains sous l’ère Bush dans des prisons d’Irak ou d’Afghanistan.
Cette décision risque de conforter ceux qui accusent le président américain de ne pas tenir totalement la promesse de rupture avec les méthodes de son prédécesseur George W. Bush. Des organisations comme l’ACLU se sont émues d’autant plus vivement qu’il y a encore peu, le gouvernement, malgré des réticences, paraissait disposé à se soumettre à l’injonction de la justice.
“Je crois que la publication de ces photos n’ajoutera rien à notre compréhension de ce qu’ont fait un petit nombre d’individus par le passé”, a dit M. Obama. “J’en crois qu’en fait, la conséquence la plus directe qu’aurait leur publication, ce serait d’attiser encore davantage les sentiments anti-américains et d’exposer nos soldats à un danger plus grand”.
Pour autant, les sévices sur des prisonniers “sont interdits et ne seront pas tolérés”, a insisté M. Obama, qui a ordonné l’interdiction de la torture et le respect des conventions de Genève après son investiture. M. Obama et son administration ont souligné que tous les agissements illustrés par ces photos avaient été sanctionnés.
Saisie en 2004 par l’ACLU, la justice a ordonné au département de la Défense de publier 44 photos. Le Pentagone devait s’exécuter d’ici au 28 mai et semblait même prêt à en publier des centaines.
Après avoir longuement réfléchi, M. Obama a jugé que les avocats du gouvernement n’avaient pas choisi la bonne ligne de défense. Il leur a ordonné de retourner devant les juges et d’expliquer que la publication représentait un danger pour les soldats américains, a expliqué le porte-parole de M. Obama, Robert Gibbs.
Pour l’ACLU, “l’adoption par l’administration Obama des tactiques d’obstruction et des politiques d’opacité de l’administration Bush apporte un démenti cinglant au désir exprimé par le président de rétablir l’Etat de droit”. Les organisations Amnesty International et Human Rights Watch se sont également indignées.
Elles relèvent que M. Obama s’est aussi opposé à ce que soient poursuivis les responsables politiques de l’administration Bush ayant autorisé le recours contre des suspects de terrorisme à des méthodes qu’elles considèrent comme de la torture.

L’Express, AFP, AP
Vendredi 15 Mai 2009

Lu 197 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs