Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les MRE de Hollande interpellent le chef du gouvernement




Les MRE de Hollande interpellent  le chef du gouvernement
De  deux  choses  l’une :  ou  bien  Abdelilah  Benkirane  n’est  pas  au  fait  de  tous  les  détails  du  dossier  des  prochaines  négociations  maroco-néerlandaises  au  sujet  de  «la  convention  de  garantie  sociale»  de  1972,  ou  bien  il  avait  fait  des  siennes,  en  voulant  minimiser  les  impacts  négatifs  d’un  dossier  aussi  important.  Dans  les  deux  cas,  le  chef  du  gouvernement  persiste et signe.  En effet, il  y  a  quelques  jours  devant  les  députés  de  la  nation,  Benkirane  était,  encore  une  fois,  à  côté  de  la  plaque  sur un  sujet  qui  concerne  des  milliers  de  Marocains.  Dire  que  la  Hollande  appliquera  les  mesures  consistant  en  la  baisse  des  rémunérations  relatives  à  l’handicap,  à  la  vieillesse  et  aux  héritiers  des  défunts  même  aux  citoyens  hollandais,  et  par  conséquent,  il  faut  se soumettre au fait accompli, relèverait  tout  simplement  d’une    ignorance  totale  des  différents  volets  du  dossier.    En  fait,  que  ce  soit  dans  la  version  de  1972  ou  de  celle  amendée  en  1996,  la  «convention  de  garantie  sociale»  stipule  dans  son  premier  article  que  ces  rémunérations  «ne  peuvent  être  l’objet  d’aucun  rabais,  amendement,  révision,  retrait,  suspension  ni  confiscation,  sous  prétexte  que  le  bénéficiaire  ou  sa  progéniture  résident  dans  l’autre  pays  contractant».  
Dans  une  lettre  ouverte  au  chef  du  gouvernement,  une  coordination  d’associations  relevant  du  «Centre  européen  pour  la  lutte  contre  la  discrimination»,  estime  que  ce  genre  de  justification  relève  de  la  manipulation,  étant  donné  que  «les  Marocains  sont  protégés  par  une  convention  internationale,  au-delà du droit  national  hollandais,  ce qui fait que cette  convention  n’est  plus  une  simple  affaire  hollandaise  interne  régie  par  le  droit  national».  
En  effet,  la  convention  de  Vienne  sur  le  droit  des  traités  qui  règle  les  termes  des  accords  internationaux  entre  les  Etats,  stipule  dans  son  article  27  qu’«une  partie  ne  peut  invoquer  les  dispositions  de  son  droit  interne  comme  justifiant  la  non-exécution  d’un  traité».  
La  coordination  qui  compte  beaucoup  d’associations  et  d’organisations  civiles  en  Hollande  fait,  également,  appel  à  l’article  40  pour  défendre  le  droit  des  Marocains,  lésés  par  cette  décision  unilatérale.  «Toute  proposition  tendant  à  amender  un  traité  multilatéral  dans  les  relations  entre  toutes  les  parties  doit  être  notifiée  à  tous  les  Etats  contractants,  et  chacun  d’eux  est  en  droit  de  prendre  part  à  la  décision  sur  la  suite  à  donner  à  cette  proposition  ou  à  la  négociation  et  à  la  conclusion  de  tout  accord  ayant  pour  objet  d’amender  le  traité».  La  lettre  ouverte  semble  ainsi  mettre  en  garde  le  gouvernement  marocain  contre  les  dommages  et  préjudices  dont  souffrent  les  Marocains  immigrés.

Mustapha Elouizi
Mardi 14 Mai 2013

Lu 562 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs