Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les LGV, un levier principal pour le développement économique


Le rythme d’investissement a été multiplié par 7, en l’espace de 15 ans, pour atteindre 34 MMDH au titre de 2010-2015



Les lignes à grande vitesse (LGV) constituent un levier principal pour le développement de la mobilité et des territoires, la promotion du domaine socioéconomique et le renforcement de la compétitivité des économies, a affirmé, récemment à Tanger, le DG de l’Office national des chemins de fer (ONCF), Mohamed Rabie Khlie.
Intervenant lors du 1er colloque de la Grande vitesse ferroviaire au Maroc, placé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, le responsable a mis en exergue le rôle que joue la LGV dans la création d’une dynamique inégalée sur les plans économique, social et industriel, le renforcement de la mobilité et l’accessibilité, le développement de l’urbanisme et la promotion de l’attractivité économique et touristique des économies, notant que cette rencontre s’assigne pour objectif d’échanger autour des expériences réussies en matière de LGV, de convergence des politiques en matière des plans d’aménagement de territoires et de mise à niveau des villes, en fonction des spécificités de chaque pays, et ce afin de maximiser la valeur ajoutée engendrée.
Le responsable a assuré que la LGV marocaine s’inscrit dans le cadre d’une stratégie volontariste et ambitieuse engagée en vue d’accompagner la dynamique du Royaume et bâtir les bases d’un moyen de transport ferroviaire efficace et efficient, notant que le rythme d’investissement a été multiplié par 7, en l’espace de 15 ans, pour atteindre 34 milliards de dirhams au titre du cycle de développement 2010-2015.
Ainsi, des résultats encourageants ont été enregistrés dépassant les objectifs fixés dans le Contrat-programme Etat-ONCF, ce qui a permis au Royaume de se positionner en tant que leader au niveau arabo-africain et se classer au 33ème rang mondial sur les plans compétitivité et qualité de son infrastructure ferroviaire, selon le rapport du World Economic forum (WEF), dans son édition 2015-2016, a-t-il précisé, notant que l’avenir de ce mode de transport au Maroc ne peut être qu’optimiste, dans la mesure où il va permettre d’élargir le réseau ferroviaire, à même de répondre aux attentes des institutionnels, acteurs économiques et des usagers.
Il a, à cet égard, rappelé que le projet de la LGV Casablanca-Tanger (200 km), qui est la première étape d’un ambitieux schéma directeur, dans le cadre d’un partenariat stratégique maroco-français, a été conçu d’une façon intégrée, grâce à une forte mobilisation, avec le soutien des différentes parties prenantes et un système de gouvernance efficace, notant que ce chantier avance à pas sûr et enregistre un taux d’avancement avoisinant les 80 %, alors que la mise en service est prévue pour le premier semestre 2018.
Et de souligner que la politique de l’aménagement du territoire doit anticiper et préparer l’arrivée de la grande vitesse en cherchant une cohérence globale et tout le système de transport et en favorisant une synergie entre ses différents modes.
Il a ainsi assuré que les expériences diversifiées qui seront présentées lors de cette rencontre serviront de référence pour stimuler les bonnes pratiques au service d’une mobilité durable et d’une meilleure intégration du projet de LGV dans son environnement territorial, tout en prenant en compte les attentes des institutionnels, acteurs économiques et des usagers.
Au programme de ce colloque, organisé par l’ONCF et l’UIC, avec le soutien de la SNCF, sous le thème "La grande vitesse ferroviaire, accélérateur du développement de la mobilité et des territoires", figurait l’organisation de panels sur "La grande vitesse dans le monde", "L’impact de la grande vitesse sur le développement de la mobilité et des territoires : retour d’expériences", "La stratégie ferroviaire et la grande vitesse au Maroc", "Les attentes des institutionnels, acteurs économiques et des usagers".
La deuxième journée de cette rencontre a été ponctuée d’une visite de l’atelier de maintenance des trains à grande vitesse et du chantier de la liaison à grande vitesse Tanger-Casablanca.

Lundi 30 Mai 2016

Lu 1078 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs