Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Fusions, au cœur du 18ème Festival Gnaoua


Le concert d’ouverture réunira cette année Maâlem Hamid El Kasri et Hamayun Kahn



Les Fusions, au cœur du 18ème Festival Gnaoua
Le Festival Gnaoua et Musiques du monde est de retour pour une 18ème édition, du 14 au 17 mai prochain, à Essaouira. « Cette édition se veut une plateforme de dialogue et de rapprochement entre tous  les artistes venant des quatre coins du monde », a souligné la directrice du  festival, Neila Tazi lors d'une conférence de presse pour la présentation du  programme artistique de ce festival. « L’an dernier, nous étions fiers de partager la publication de l’anthologie de la musique des Gnaoua. C’était une pièce maîtresse pour le dépôt par le Maroc en mars dernier d’une demande auprès de l’UNESCO pour l’inscription de la culture Gnaoua au patrimoine oral mondial et immatériel de l’humanité», a-t-elle souligné. « Cette démarche, soutenue par le ministère de la Culture et celui des Affaires étrangères et de la Coopération, devrait aboutir dans deux ans. Le festival aura alors 20 ans. Nous espérons vivement que cet anniversaire exceptionnel sera l’occasion de célébrer, ensemble, cette belle consécration. La consécration de vingt ans de travail et d’engagement. Une reconnaissance universelle pour les Gnaoua, considérés il y a encore un quart de siècle comme des musiciens de rue. Cette inscription sera enfin une victoire pour le Maroc et pour le monde des arts en général », a-t-elle ajouté, avant de conclure : «La 18ème édition vous invite à 4 jours hors du temps et de l’espace, 4 jours où le vivre ensemble est une réalité et une réponse à la brutalité du monde dans lequel nous vivons, 4 jours en compagnie d’artistes et d’intellectuels d’Afrique subsaharienne mais également d’Afghanistan, du Pakistan, de Norvège, de Guadeloupe, de France et surtout du Maroc. Bienvenue à Essaouira ! »  
Pour cette 18ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du monde,  et à l’instar des précédentes, les musiciens du monde viendront à la rencontre des Gnaoua, dans un esprit de partage et de dialogue. « Cette année encore, des concerts  solos aux fusions, des soirées acoustiques aux lilas, des rencontres aux conférences, la programmation suivra la même ligne des éditions précédentes : qualité, authenticité et partage seront de  nouveau à l’ordre du jour », précisent les organisateurs.
Les concerts proposés feront ainsi l’équilibre entre gnaoui, jazz et découvertes musicales. Des artistes de talent se produiront tous les soirs sur la Place Moulay Hassan, désormais emblématique du festival, dans des lieux mythiques de la ville, sur la plage, etc. Les Ambassadeurs, symbole de la vivacité de la musique africaine, formation légendaire qui signe son retour au devant de la scène, se produira cette année à Essaouira, telle une promesse tenue par le festival, celle de rester ancré en Afrique.
La programmation du Forum annuel, en partenariat avec le Conseil national des droits de l’Homme, fera écho à la promesse, en mettant l’accent sur les femmes entrepreneurs et créatrices et sur leur rôle dans la dynamique sociale et économique africaine. Les mâalems, fidèles au poste, seront à la fois hôtes et invités. 
Il est, par ailleurs, à rappeler que cette année, l’ouverture ne dérogera pas à la règle et offrira à son public une véritable fête des sens. En effet, chaque année, l’ouverture du Festival Gnaoua et Musiques du monde d’Essaouira est un ravissement visuel et musical et donne, en beauté, le coup d’envoi des festivités. L’emblématique parade, colorée et représentative des traditions musicales marocaines, traversera la ville et emmènera son public jusqu’à la Place Moulay Hassan qui accueillera le concert inaugural. Lequel réunira sur scène Maâlem Hamid El Kasri, digne représentant des Gnaoua et Hamayun Kahn, musicien virtuose.  Ils allieront harmonieusement les sons du Maroc, d’Inde et d’Afghanistan. Fruit d’une résidence artistique, la rencontre s’annonce hypnotique, à l’instar de celle que les deux complices ont offerte au public du Festival en 2011, accompagnés de Shahin Shahida.  Les deux artistes proposeront ainsi un répertoire constitué de leurs compositions originales et de musiques traditionnelles. Une découverte à la croisée d’influences artistiques et culturelles distinctes mais indéniablement complémentaires. 


 

Les Fusions, au cœur du 18ème Festival Gnaoua

Mehdi Ouassat
Lundi 13 Avril 2015

Lu 476 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs