Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Européens utilisaient déjà des épices pour cuisiner il y a 7 000 ans




Les Européens utilisaient déjà des épices pour cuisiner il y a 7 000 ans
La quête d'épices a poussé les Européens à voyager vers les Amériques, l'Afrique et l'Asie. Mais l'utilisation de ces aromates pourrait être encore plus vieille qu'on ne pensait. Les plus anciennes traces écrites de cette utilisation en Europe remontent à 3.000 ans avant Jésus-Christ. Des chercheurs viennent maintenant de trouver des fossiles attestant que dès 5.000 avant JC, la cuisine européenne était déjà parfumée aux épices.
Les archéologues de l'université de York, en association avec des scientifiques danois, allemands et espagnols publient leurs travaux dans la revue en ligne PLoS ONE. Ils y décrivent les traces de graines d'alliaire officinale, ou herbe à ail, retrouvées dans des pots à nourriture provenant du Danemark et de l'Allemagne, et datant de la période mésolithique-néolithique, là où la transition chasseur-cueilleur vers l'agriculture s'est effectuée.
Les fossiles, des phytolithes, sont des empreintes minérales que les tissus végétaux laissent en mourant. Jusqu'à présent, les archéologues recherchaient des traces d'amidon dans des résidus carbonés et non-carbonés. La recherche de phytolithes permet de déterminer la présence de composés plus sensibles, comme les feuilles ou les écorces, qui servent à produire des épices. De par leur nature minérale, les phytolithes résistent très bien à l'usure du temps. Le Dr. Harvey Saul, de l'université de York, explique : "L'idée classique est que vers le début du Néolithique, on ne cultivait les plantes que pour leurs vertus nourricières et énergétiques, plutôt que pour le goût". Mais "les graines d'herbe à ail ont une saveur très prononcée et peu de valeur nutritive", ce qui suggère plutôt qu'elles étaient appréciées pour leur goût et non leur vertus. "Nous les avons trouvées dans des pots contenants des restes de viandes et de plantes, notre découverte est la première preuve directe de l'utilisation d'épices dans la cuisine préhistorique européenne", conclut ainsi le chercheur.

Maxisciences
Jeudi 5 Septembre 2013

Lu 137 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs