Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Européens tentent de s'accorder avant leur sommet sur la migration




Plusieurs dirigeants européens étaient engagés mercredi dans une tentative de dernière minute pour trouver un consensus sur un plan controversé avec la Turquie destiné à juguler le flux migratoire, à la veille d'un sommet qui s'annonce compliqué à Bruxelles.
 Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devait recevoir dans la soirée le chef de l'Etat chypriote Nicos Anastasiades qui a menacé de torpiller ce projet d'accord UE-Turquie critiqué par de nombreux acteurs et porté par la chancelière allemande Angela Merkel.
 Le président du Conseil européen Donald Tusk, qui s'est heurté aux réticences chypriotes, a reconnu, à l'issue d'un entretien à Ankara avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, que le chemin vers un accord restait semé de nombreuses embûches avant le sommet des 28 prévu jeudi et vendredi.
 Ce plan est controversé tout d'abord sur le plan juridique, étant donné que tous les migrants qui se rendraient illégalement en Grèce depuis la Turquie seraient expulsés. En échange, l'UE accueillerait un réfugié syrien pour chaque clandestin syrien renvoyé en territoire turc.
 Or, pour l'ONU, des ONG et certains Etats membres, ce mécanisme correspond à une expulsion collective, interdite en droit européen. M. Tusk a admis que cet aspect était "problématique".
 Par ailleurs, les détracteurs du projet jugent qu'il reviendrait à soumettre l'UE au diktat du président turc Recep Tayyip Erdogan, accusé de dérive autoritaire. Mercredi, trois universitaires turcs ont été placés en détention pour "propagande terroriste" après avoir signé une pétition dénonçant les violences de l'armée dans ses opérations contre les rebelles kurdes.
 Enfin, la Turquie réclame en contrepartie de son aide à la lutte contre les migrants illégaux le doublement de l'assistance européenne, à six milliards d'euros, ainsi qu'une accélération de ses négociations d'accession à l'UE - actuellement bloquées - et de suppression des visas pour ses ressortissants souhaitant circuler en Europe.
 Chypre, en contentieux avec Ankara depuis des décennies en raison de la partition de l'île, a menacé de bloquer l'ouverture de tels pourparlers.
 La France, par la voix de son Premier ministre Manuel Valls, y est allée aussi de son coup de canif, assurant que Paris prônerait au sommet une "coopération efficace" avec Ankara mais refuserait "le moindre chantage" de la Turquie.
 De son côté, Mme Merkel va défendre mercredi sa position devant les députés allemands à Berlin. Malgré une défaite cinglante lors d'élections régionales dimanche, du fait de sa politique d'accueil des réfugiés, elle a prévenu cette semaine qu'elle ne changerait pas de position. Face aux critiques dans son propre camp sur son rapprochement avec Ankara, elle a assuré lundi que l'accord dont elle est l'architecte n'est pas un chèque en blanc à la Turquie.
 "Il est très important de dire que la Turquie doit remplir toutes les conditions sans exception", a-t-elle assuré, "il n'y a pas de +oui+ (automatique) à l'intégration (à l'UE) qui soit lié aux discussions actuelles sur la protection des frontières extérieures".
 Enfin, la chancelière, opposée aux solutions "nationales" et au plafonnement du nombre de réfugiés acceptés en Europe, devrait toujours appeler devant les députés à la solidarité et au respect des valeurs européennes, alors que des dizaines de milliers de migrants sont coincés en Grèce après la fermeture de la route migratoire des Balkans.
 La chancelière a cependant admis que son pays profitait de cette fermeture, le nombre des arrivées de demandeurs d'asile étant en chute libre alors que l'Allemagne en a accueilli 1,1 million en 2015.
 De son côté, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu s'est défendu d'exercer tout chantage assurant ne pas "marchander pour de l'argent".
 L'Union européenne cherche coûte que coûte à réduire les traversées de la mer Egée par les migrants et veut qu'Ankara en fasse plus contre les passeurs menant jusqu'en Grèce les candidats à l'asile en Europe du Nord.
 La tension reste par ailleurs palpable à la frontière gréco-macédonienne, où sont bloqués, dans des conditions très difficiles, des milliers de migrants depuis la fermeture de la route des Balkans.
 Les migrants continuent par ailleurs à utiliser d'autres routes pour tenter de se rendre en Europe. Les marines allemande et italienne ont indiqué avoir secouru mardi plus de 900 migrants au large de la Libye, où l'instabilité a favorisé les trafiquants d'êtres humains organisant les traversées vers les côtes italiennes.

Jeudi 17 Mars 2016

Lu 393 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs