Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Etats-unis ont du mal à justifier la mort de 140 civils en Afghanistan




L’armée américaine a reporté lundi la publication de son enquête sur des frappes aériennes qui ont tué des dizaines de civils en Afghanistan le mois dernier, et s’interroge sur l’utilité de la rendre publique. D’après les Afghans, 140 civils ont été tués, dont des femmes et des enfants, alors que l’armée américaine prétend n’avoir causé que 30 victimes civiles, tuées aux cotés d’une soixantaine de talibans.
Le Pentagone a reconsidéré la publication imminente d’un résumé de preuves dans ces affaires malencontreuses, accompagné d’images vidéo, selon deux hauts responsables de l’agence de défense.
Des officiers ont déjà reconnu que les troupes américaines ne s’étaient pas comporté correctement, tant en termes de tactique que de respect des procédures. Des erreurs ont été commises lors de ce bombardement du 4 mai, qui visait des combattants talibans dans la province de Farah.
Le secrétaire à la défense Robert Gates a demandé une mise au point sur l’incident au général David Petraeus, chef du commandement central des forces américaines, et l’explication a duré une heure, la semaine dernière. Le nouveau commandant en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, avait été informé auparavant.
Un bombardier B1 de l’US Air Force avait lâché une bombe de 900 kilogrammes sans vérifier son objectif, selon l’enquête. Les familles étaient vraisemblablement entrées dans une zone quittée par les insurgés.
La vérité pourrait ne jamais être connue, les corps ayant été ensevelies depuis.
Par ailleurs, le cerveau de l’attaque du 11-Septembre, selon ses propres dires, Khalid Cheikh Mohamed, s’est plaint d’avoir été torturé par des geôliers souhaitant lui extorquer des aveux, même si il revendique plus d’une dizaine d’actes terroristes, d’après des comptes-rendus de ses auditions rendus publics ces derniers jours.  “J’ai inventé des histoires” a déclaré Khalid Cheikh Mohamed lors d’un des interrogatoires menés sur l’île cubaine, en 2007.
Il explique qu’interrogé sur l’endroit où se trouvait Oussama ben Laden, ce qu’il ignorait, il a d’abord dit ne rien savoir, ce qui lui a valu d’être torturé. Il a ensuite suggéré un lieu, et été encore torturé. Quand il a répondu non aux questions, il a encore été malmené, selon ses dires.
Lors de ces entretiens avec la cour martiale, Khalid Cheikh Mohamed avait revendiqué avoir participé à 29 actions terroristes listées par ses interrogateurs.
Un autre détenu, Abou Zoubaydah, soumis à l’épreuve de la planche à eau, une noyade simulée, maintenu nu dans sa cellule glacée ou cogné contre des murs, a déclaré au tribunal qu”il avait cru mourir quatre fois”. “Après des mois, au cours desquels j’ai presque perdu l’esprit et la vie, ils se sont assurés que je ne meurs pas”, dit-il dans l’un des enregistrements publiés. 

AP
Mercredi 17 Juin 2009

Lu 185 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs