Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Etats-Unis ont quatre jours pour rassurer le monde

Risque de récession




Les Etats-Unis ont quatre jours pour rassurer le monde
Le monde avait lundi les yeux rivés sur Washington où il restait quatre jours au président Barack Obama et aux élus du Congrès pour forger un compromis budgétaire et écarter la menace du premier défaut de paiement de l’histoire des Etats-Unis.
Au-delà de jeudi, le Trésor américain a prévenu qu’il ne pourrait plus emprunter et risquait de ne pouvoir assurer tous ses paiements. Une loi d’une page, votée par le Congrès américain, suffirait à relever ce que les Américains appellent le “plafond de la dette”.
Une impasse serait “un coup de tonnerre sur les marchés”, a averti lundi le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer.
 A l’approche de cette échéance, les marchés ont montré leur nervosité, les trois principales places européennes (Francfort, Londres, Paris) ouvrant lundi matin en baisse.
Le sort du dollar, monnaie de réserve mondiale, et celui des bons du Trésor, placements réputés les plus sûrs de la planète, dépendent des discussions entre quelques hommes du Congrès, et plus particulièrement du Sénat, où des négociations pour l’instant infructueuses ont commencé samedi entre républicains et démocrates.
Barack Obama refuse de négocier “avec un pistolet sur la tempe” et accuse ses adversaires d’irresponsabilité.
Les républicains rétorquent que c’est grâce à une stratégie identique que Bill Clinton puis Barack Obama lui-même en 2011 durent accepter des compromis budgétaires.
Les élus tentent de résoudre deux problèmes en même temps: relever la limite de la dette, et adopter une loi de finances pour rouvrir les agences fédérales partiellement fermées depuis le 1er octobre, à cause de différends budgétaires.
Mais dans tous les cas, la Chambre devra se prononcer sur un compromis sénatorial.
“Ce qu’on enverra, si on envoie quelque chose, pourrait ne pas correspondre exactement à ce que la Chambre veut, et cela pourrait donc revenir”, a expliqué le sénateur républicain Bob Corker. Le plafond de la dette est une “ligne de crédit” maximale donnée depuis 1917 par le Congrès à l’exécutif, qui ne peut en aucun cas la dépasser. Mais l’Etat fédéral fonctionne avec des déficits (3,9% du PIB en 2013) et est obligé de continuer à emprunter pour renouveler sa dette et financer ses dépenses, que ce soit la rémunération des bons du Trésor ou les pensions de retraite.
Nul ne sait la date exacte à laquelle le Trésor ne pourra plus assurer tous ses paiements. Elle pourrait intervenir n’importe quand après le 17 octobre, en fonction des variations quotidiennes de trésorerie. Une estimation du Bureau du budget du Congrès (CBO) place la date “X” entre les 22 et 31 octobre.
Un défaut, même partiel, de la première économie mondiale créerait un chaos international aux conséquences difficiles à prédire. De la Chine à l’Europe, des dirigeants consternés observent avec inquiétude le bras de fer américain.

AFP
Mardi 15 Octobre 2013

Lu 871 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs