Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Etats-Unis, de «yes we can» à « no we can't »




Les Etats-Unis, de «yes we can» à « no we can't »
Le déclin de l'empire américain est-il amorcé? Les Etats-Unis, affaiblis par la crise financière et les guerres qu'ils livrent en Irak et en Aghanistan, risquent de devoir demander l'aide de leurs alliés de plus en plus souvent pour résoudre les problèmes internationaux, prédit mardi l'Institut international d'études stratégiques (IISS).
Pour ce groupe de réflexion basé à Londres, les Etats-Unis ne peuvent simplement plus faire face seuls et leur président n'a d'autre alternative que de se tourner vers d'autres.
''Sur le plan national, Obama a fait campagne sur le thème 'yes we can' (oui, nous pouvons), mais au niveau international il va devoir de plus en plus avouer que 'no we can't' (non, nous ne pouvons pas)'', souligne l'IISS dans son rapport annuel sur les affaires du monde.
La lutte que mènent les Etats-Unis contre des groupes d'insurgés en Irak et en Afghanistan a mis en lumière les limites de la stratégie de la puissance militaire, tandis que l'effondrement des marchés financiers internationaux a sapé la base économique sur laquelle s'appuyait cette force, analyse l'institut.
De plus, les Etats-Unis ont perdu leur rôle de moteur dans les efforts de paix au Proche-Orient ainsi que dans la crise du nucléaire iranien. De toute évidence, le poids des Etats-Unis en tant que puissance mondiale décline. Après des années de relations tendues entre les Etats-Unis et ses alliés sous la présidence de George W. Bush, Barack Obama a mis en avant la nécessité de collaborer avec d'autres puissances sur des questions comme la crise financière, le réchauffement climatique ou encore la prolifération nucléaire.
''Ce sont des défis qu'aucun pays, quelle que soit sa puissance, ne peut affronter seul'', affirmait le président Obama en avril dernier après le sommet du G-20 de Londres. ''Les Etats-Unis doivent s'y conformer (...) mais notre meilleure chance pour résoudre ces problèmes sans précédent sera d'agir de concert avec les autres nations.'' D'après l'IISS, Barack Obama pourrait restaurer la position de son pays en collaborant avec ses alliés pour contrer les menaces émergentes contre son rôle de puissance dominante.
Contrôler les ambitions nucléaires de l'Iran et de la Corée du Nord nécessite l'aide des alliés régionaux, tout comme la question afghane, avance l'institut. La même stratégie vaut en Afghanistan, où Obama a du mal à convaincre ses partenaires de l'OTAN de le suivre dans sa stratégie de renforcement des troupes étrangères présente dans le pays pour combattre les talibans. 

AP
Jeudi 17 Septembre 2009

Lu 215 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs