Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Etats-Unis de plus en plus convaincus de l’utilisation d’armes chimiques par la Syrie

Appel à une action contre le régime de Bachar al-Assad




Les Etats-Unis de plus en plus convaincus  de l’utilisation  d’armes chimiques par la Syrie
Certains élus républicains ont renouvelé dimanche leurs appels en vue d'une action des Etats-Unis contre la Syrie, en raison des éléments de preuves de plus en plus évidentes de l''utilisation de gaz chimiques contre la population au cours du conflit. Mais ils restent partagés quant à ce qui pourrait être entrepris, et sur le point de savoir si le président Barack Obama a eu raison d'avancer avec prudence, sans pour autant déclarer que le régime de Bachar al-Assad avait franchi la "ligne rouge". "Je pense que nous n'avons pas beaucoup de choix, mais nous devons prendre des mesures," a déclaré Mike Rogers, président républicain de la commission du renseignement de la Chambre.
Sur la chaîne ABC, Rogers a estimé que certaines informations prouvaient la probable utilisation "à petite échelle" d'armes chimiques par le régime syrien au cours des deux dernières années. Et vous le savez, le président a fixé une ligne rouge à ne pas franchir", a-t-il ajouté.
Jeudi, les Etats-Unis ont reconnu pour la première fois que le régime syrien avait probablement utilisé ses armes chimiques, tout en soulignant que leurs renseignements n'étaient pas suffisants pour avoir la certitude que Damas avait franchi la "ligne rouge" tracée par le président Obama. Barack Obama a mis en garde Damas contre un recours à ces dernières qui changerait selon lui "la règle du jeu" du conflit. Les Etats-Unis se sont pour l'instant limités à fournir des armes de défense et leur soutien politique aux rebelles syriens, se gardant jusqu'à maintenant d'apporter d'autres formes d'aide militaires à la rébellion.
Certains élus républicains influents, qui réclament depuis longtemps un soutien militaire de l'Amérique à l'opposition syrienne, redoutent aujourd'hui que l'inaction américaine n'adresse un mauvais message à l'Iran quant au sérieux de la position des Etats-Unis concernant son programme d'armement nucléaire. "Nous devons nous engager. Et un consensus sur ce point est en train de naître au sein du Sénat américain", a déclaré le sénateur Lindesey Graham à CBS tout en reconnaissant que "la Syrie, c'est compliqué" et qu'il serait risqué d'engager une action là-bas.
Le sénateur John McCain, un autre faucon républicain sur le dossier syrien, a quant à lui préconisé d'envoyer une "force internationale pour aller sécuriser les stocks d'armes chimiques et peut-être d'éventuelles armes biologiques".

Libé
Mardi 30 Avril 2013

Lu 149 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs