Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Etats-Unis au bord d'une cure d'austérité massive


Républicains et démocrates s’accordent à ne pas l’être



Les Etats-Unis au bord d'une cure d'austérité massive
Le président américain Barack Obama a convoqué les chefs de file du Congrès à la Maison Blanche, sans guère d'espoir d'éviter le déclenchement dès vendredi d'une cure d'austérité qui risque de peser sur la croissance de la première économie mondiale.
Le dirigeant devait recevoir à partir de 10H05 (15H05 GMT) dans le Bureau ovale les hauts responsables de la Chambre des représentants, aux mains de ses adversaires républicains, et du Sénat, dominé par ses alliés démocrates, première réunion depuis le début de cette énième crise politico-budgétaire.
Depuis 2011, quand les conservateurs ont pris le contrôle d'une partie du pouvoir législatif, M. Obama et ses adversaires se sont affrontés sur la façon de rééquilibrer les comptes publics sur fond d'une hausse vertigineuse de l'endettement de la première économie mondiale, actuellement à plus de 16.000 milliards de dollars.
Faute d'accord de fond, les deux parties ont trouvé des solutions temporaires. L'idée, émise à la mi-2011 par la Maison Blanche et entérinée par les républicains, était de mettre en place des coupes automatiques dans les dépenses censées être suffisamment douloureuses pour inciter à négocier une solution.
Les républicains avaient déjà consenti en janvier, à un alourdissement de la pression fiscale sur les Américains les plus aisés.
La présidence démocrate sonne l'alarme depuis des jours sur les conséquences concrètes d'une amputation de 85 milliards de dollars sur les sept derniers mois de l'année budgétaire, soit 8% pour la défense et 5% pour les autres postes, en parlant de mises au chômage partiel de fonctionnaires et de dérèglements des services publics. Le Fonds monétaire international a estimé à 0,5 point de pourcentage l'effet négatif de cette rigueur sur la croissance, déjà convalescente. Le dispositif prévoyant cette austérité stipule que ce sera à Barack  Obama de la signifier formellement à son administration. Le gouvernement devra en outre commencer à envoyer des lettres à des centaines de milliers de fonctionnaires pour les prévenir de potentiels congés sans solde.

AFP
Samedi 2 Mars 2013

Lu 207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs