Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Emmys, une nuit de records pour la diversité à l'écran




Les Emmys, une nuit de records pour la diversité à l'écran
Les Noirs, des Asiatiques, des femmes, des musulmans: le palmarès des Emmy Awards a brillé par sa diversité, signe que la télévision reste à l'avant-garde du combat des minorités pour plus de place à Hollywood. "La télévision ces dernières années a fait un meilleur travail pour refléter la diversité de l'Amérique que le cinéma, et de loin", estime Darnell Hunt, directeur des études afro-américaines à l'université UCLA. "Quand l'Académie de la télévision" qui décerne les Emmys "honore quelque chose, ça envoie à toute l'industrie le message que ce sont des programmes de qualité et que c'est ça qui doit être produit", ajoute-t-il.
Sterling K. Brown, déjà gagnant d'une statuette l'an dernier pour un second rôle dans la mini-série sur l'affaire O.J. Simpson "American Crime Story", a remporté le prix du meilleur acteur dramatique pour "This is Us". C'est le premier Afro-Américain en près de 20 ans à décrocher cette statuette et le 4ème seulement en 69 ans d'Emmys - Bill Cosby fut l'un d'entre eux. Donald Glover est quant à lui devenu le premier réalisateur noir primé pour une série comique ("Atlanta"). Il a aussi empoché la statuette de meilleur acteur dans une comédie, tandis que Lena Waithe est la première Afro-Américaine à recevoir l'Emmy du meilleur scénario dans une comédie ("Master of none"). "Merci d'avoir reconnu un gamin indien de Caroline du Sud et une Noire homosexuelle du coeur de Chicago", a-t-elle déclaré en recevant son prix.
Aziz Ansari, co-lauréat du prix et créateur de "Master of none", est lui-même d'origine musulmane et tamoule. L'Anglo-Pakistanais Riz Ahmed a quant à lui été sacré meilleur acteur dramatique: il est le premier Asiatique, et musulman, à gagner dans cette catégorie. Sans oublier le prix du meilleur documentaire pour l'Afro-Américaine Ava DuVernay et "The 13th", film sur la sur-incarcération des Noirs.
Pour Aminah Bakeer Abdul-Jabbaar, professeure d'études pan-africaines à l'université USC, ce palmarès est en partie le résultat d'une "résistance anti-Trump des membres de l'Académie", face à un président américain anti-immigration et qui n'a pas suffisamment condamné à leurs yeux les suprémacistes blancs.

Mercredi 20 Septembre 2017

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs