Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les “Davis Cup men” marocains jouent leur maintien en zone Euro-Afrique/Groupe II : Un grand défi: battre la bande à Baghdatis




Les “Davis Cup men” marocains jouent leur maintien en zone Euro-Afrique/Groupe II : Un grand défi: battre la bande à Baghdatis
Ils ont quitté Casablanca lundi à 14h GMT pour arriver à Larnaca mardi à 10h30, heure de Chypre (GMT + 2).Un voyage marathon qui a marqué le groupe physiquement. Mais le cœur n’y était pas moins. Juste un petit somme et puis, sous la houlette du capitaine Mounir El Aâraj, les Davis Cup men marocains Anas Fattar, Yassine Idm’barek, Younes Rachidi et Réda Karakhi revigorés par le préparateur physique, le dévoué Hassan Akeramou et le super kiné Abderrahim Dezzaz, le tout sous l’œil bienveillant et vigilant du chef de la délégation, le secrétaire de la FRMT, Mostapha El Faiz, ont vite fait de reprendre la raquette pour un petit décrassage. Quelques échanges dans un bijou de salle omnisports couverte qui fait la fierté de Limassol, cette ville aux multiples attraits située à quelque 90 km de la capitale Nicosie.
C’est donc sur une surface synthétique à laquelle ils sont trop peu habitués que nos joueurs sont appelés, vendredi (le premier match à 13 h) , samedi et dimanche prochains à défier leurs homologues chypriotes. Le capitaine El Aâraj relativise à ce propos : «C’est une surface qui n’est ni trop lente ni trop rapide. C’est jouable.» Nos joueurs ont dû le constater dès les premiers rebonds. Il y a, cependant, un problème et il a pour nom : Baghdatis. C’est celui-là même qui a sillonné avec bonheur les courts du monde les plus prestigieux et qui est plus est fort pour le moment de sa 41 ème place mondiale qui mène l’équipe de Chypre. C’est donc en toute logique que l’on part perdant pour les deux matchs où ce joueur star mais humble et sympa aura à affronter les nôtres. Natif de Limassol, il a demandé à ce que la rencontre contre le Maroc s’y déroule.
On ose alors espérer gagner les deux autres simples tout en réussissant l’exploit en double. Mis à part Marcos Baghdatis, les trois autres sont des jeunes qui n’ont même pas de classement ATP. Ils ont pour noms : Cuzdrioreau, Hadji, Ceorgiou et Kyrajjis. En attendant d’être fixé sur le sort d’une confrontation qui a pour enjeu le maintien dans le groupe II de la zone Euro-Afrique, il ne serait, peut-être pas superflu de rappeler le respect dont jouit le tennis marocain à Chypre avec surtout un nom qui revient le plus souvent. Celui de Younès El Aynaoui.

Limassol : Correspondance particulière
Jeudi 9 Février 2012

Lu 785 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs