Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Bourses européennes accentuent leur chute




Très nerveuses, les Bourses européennes ont replongé vendredi après un bref répit à l'ouverture, peu convaincues par les promesses d'une action «forte et coordonnée» du G20 et en proie à de vives inquiétudes sur les perspectives économiques mondiales.
Vers 11H00 GMT, la Bourse de Paris chutait de 2,58%, Francfort de 2,89%, Londres de 1,52%, Madrid de 1,40% et Milan de 1,25%.
La pression demeure alors que les ministres des Finances et les présidents des banques centrales des pays du G20 sont réunis depuis jeudi à Washington.
Les grands argentiers des principaux pays de la planète se sont engagés à préserver la stabilité et la liquidité du secteur bancaire, mais aucune mesure précise n'a été annoncée.
«Les véritables décisions sont renvoyées au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement qui se tiendra à Cannes (France), les 3 et 4 novembre», déplorent les analystes d'Aurel BGC.
Ces inquiétudes s'ajoutaient à la persistance de la crise de la dette en zone euro et des doutes quant au sauvetage de la Grèce.
Les banques européennes, très attaquées en Bourse durant la semaine, restaient au cœur de la tourmente.
Les fonds monétaires américains ont réduit de 19% en août leur exposition à la dette émise par les banques françaises, signe d'une méfiance persistante à leur égard, selon une note de Fitch Ratings publiée vendredi.
Les Bourses asiatiques ont quant à elles plongé vendredi pour la deuxième séance consécutive, dans le sillage de Wall Street et des bourses européennes, fortement influencées par les annonces pessimistes de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur la première puissance économique mondiale.
Seule la Bourse de Tokyo, fermée pour cause de jour férié, échappait au marasme.
Hong Kong a cédé 2,38% à l'ouverture après avoir perdu près de 5% jeudi et Shanghaï a ouvert en baisse de 1,54% après s'être repliée de 2,78% la veille.
Aucune statistique macroéconomique n'était attendue vendredi et les thématiques de la crise de la dette et du ralentissement économique restent au coeur des préoccupations.
«La dégradation de la conjoncture est générale. Sous l'effet de la prise de conscience que les facteurs temporaires qui ont pesé au printemps (le séisme japonais du 11 mars, NDLR) n'étaient pas seuls responsables du ralentissement», les marchés pourraient encore paniquer, notent les analystes d'Aurel BGC.
La Grèce reste également au cœur de la tourmente.
Par ailleurs, le Japon est prêt à apporter un soutien supplémentaire à l'Europe, y compris en poursuivant ses rachats d'obligations du Fonds européen de stabilité financière (FESF), à condition que le Vieux Continent fasse des efforts de son côté pour résoudre ses problèmes budgétaires, a déclaré jeudi le ministre japonais des Finances Jun Azumi.
Les ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G20, réunis jeudi à Washington, se sont engagés dans un communiqué à empêcher que la crise de la dette de la zone euro ne sape les banques et les marchés financiers, mais ils n'ont pas annoncé de nouvelles mesures précises pour consolider la confiance dans l'économie mondiale.
Dans une conférence de presse donnée jeudi soir, le ministre des Finances japonais a par ailleurs dit avoir fait part à ses homologues de son inquiétude concernant la vigueur du yen, qui pénalise les exportations nippones alors que le pays rétablit tout juste ses chaînes de production, perturbées par le séisme et le tsunami de mars.
«Ce qu'il faut en tout premier lieu, c'est que l'Europe stabilise la situation, y compris la crise en Grèce», a déclaré Jun Azumi. «Si la confiance dans l'euro est restaurée, les hausses du yen s'atténueront.»

AFP et REUTERS
Samedi 24 Septembre 2011

Lu 400 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs