Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Bélarusses aux urnes pour élire leur président



Un cinquième mandat en ligne de mire pour Alexandre Loukachenko



Les Bélarusses ont commencé à voter dimanche dans un scrutin présidentiel au terme duquel Alexandre Loukachenko est assuré de remporter un cinquième mandat, prolongeant ses 21 ans aux commandes du pays alors que les Européens envisagent de lever les sanctions prises à son égard.
Qualifié de "dernier dictateur d'Europe" par Washington, Alexandre Loukachenko, 61 ans, affronte trois candidats quasiment inconnus lors de cette présidentielle boycottée par l'opposition et marquée par la lassitude des électeurs. Il veut y obtenir un taux de participation convaincant pour que le scrutin soit reconnu par les Occidentaux.
La participation, en début de matinée, a atteint 36%, selon la Commission électorale. La télévision nationale a annoncé que certains bureaux de vote avaient prévu de distribuer de la nourriture et de présenter des concerts aux électeurs pour "créer une atmosphère de vacances".
Des observateurs inter-nations de l'OSCE surveillent le scrutin, mais l'opposition estime que le président a déjà faussé les cartes en empêchant ses dirigeants de se présenter au scrutin.
Si le résultat du vote ne laisse que peu de place au suspense, la réaction de l'Union européenne est beaucoup plus attendue, les 28 envisageant de lever les sanctions qui frappent depuis 2011 le président bélarusse en protestation contre la répression violente qui avait suivi sa réélection en 2010.
Les Européens veulent notamment s'assurer qu'"il n'y a pas de nouvelles arrestations d'opposants, pas de violence, pas de persécution de la presse", a expliqué un diplomate à l'AFP.
Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, a effectivement multiplié les gestes de bonne volonté ces derniers mois, libérant notamment cet été les derniers prisonniers politiques du pays, parmi lesquels l'opposant numéro un Mikola Statkevitch, relâché fin août après cinq ans de prison.
Ce geste a été apprécié par Bruxelles, qui se donne jusqu'à la fin du mois pour décider de lever les sanctions ou de les maintenir. Aucun des poids lourds de l'opposition démocratique n'a toutefois été autorisé à se présenter au scrutin, leurs candidatures ayant été rejetées par la Commission électorale centrale pour différentes raisons. L'opposition a, en réaction, appelé au boycottage des élections.
"Un boycottage, c'est une position faible. J'ai toujours été contre les boycottages des élections. Mais si on n'a pas de candidat, pourquoi aller voter?", a expliqué à l'AFP Mikola Statkevitch, qui a mené samedi une manifestation de 500 personnes à Minsk.
Convaincu que sa libération de prison avait pour but d'amadouer les Occidentaux à l'approche du scrutin, Statkevitch a appelé au maintien des sanctions.
"S'ils sont ensemble avec ce criminel, alors on pourra dire que la démocratie vantée (par les Européens) ne sont que des mots", a-t-il estimé, fataliste.
Le nouveau prix Nobel de littérature, Svetlana Alexievitch, a elle aussi mis en garde les Européens contre tout rapprochement avec celui qui se fait appeler "batka", le "petit père" du Bélarus, qualifiant son régime de "dictature douce".
Depuis le début de la crise ukrainienne, Alexandre Loukachenko a manœuvré habilement, s'imposant comme médiateur entre la Russie et les Européens, accueillant de nombreux pourparlers de paix entre Kiev et séparatistes prorusses à Minsk.
Moscou, qui soutient financièrement son voisin de 9,5 millions d'habitants, se méfie des tentatives de rapprochement du Bélarus avec les Occidentaux, incitant le président Loukachenko à mener un jeu ambigu en profitant de sa position charnière.

Lundi 12 Octobre 2015

Lu 409 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs