Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Américains veulent associer les FAR à la formation de l'armée libyenne

Le programme porte sur la mise à niveau de 20.000 militaires




Les Américains veulent associer les FAR à la formation de l'armée libyenne
Les Forces Armée Royales  seront sollicitées pour organiser le commandement, l’organisation administrative et l’instruction de l’armée libyenne. Selon le site américain «World Tribune», les Etats-Unis d’Amérique ont décidé de faire appel à deux de leurs alliés pour former l’armée nationale libyenne. Selon ce site, l'Administration Obama a  ainsi tendu la main à deux de ses alliés pour aider à la reconstruction des forces armées libyennes, à savoir la Turquie et le Maroc, un allié majeur des USA hors OTAN. 
Le général David Rodriguez, commandant en chef de l’Africom, a déclaré, selon World Tribune, que les Forces Armées Royales, seraient engagées sur un programme de formation de 20.000 militaires libyens, lequel se heurte pour le moment à un problème financier, vu que l’autorité centrale en Libye n’a pas assez de moyens pour se charger des dépenses de ces entraînements militaires. Elle est, en outre, confrontée au problème de l'intégration des milices. 
Le bras de fer autour de la refondation d’une armée nationale libyenne témoigne dans ce sens de l’importance des milices qui estiment avoir un droit de regard sur le cours du pays comme a pu en témoigner l’épisode de la nomination du chef d’état-major des armées libyennes. Déstabilisatrice pour le pouvoir central, la question de réinsertion des anciens miliciens est une question centrale. Ainsi ont été annoncés et mis en place un plan d’intégration de près de 50.000 thouars au sein de la nouvelle armée nationale et des forces du ministère de l’Intérieur et un programme de réinsertion dans la vie civile de 200.000 combattants. Un comité doté de 8 milliards de dollars a été chargé de mener ce programme à bien. En dépit de l’annonce du démantèlement et de l’interdiction de certaines milices, la fragmentation sécuritaire de la Libye demeure. Si sa résolution est une des conditions de la stabilité de la Libye nouvelle et de la région en raison de la porosité des frontières permettant les trafics en tout genre et de déplacement des groupes jihadistes, les forces politiques en présence ne pourront faire l’économie d’une réflexion autour de l’articulation et de la coexistence du localisme et du pouvoir central, entre solidarités locales et solidarité nationale.

Mohamed Taleb
Lundi 14 Avril 2014

Lu 1415 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs