Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Américains de plus en plus sceptiques sur le réchauffement climatique




Près d'un Américain sur deux estime que les inquiétudes soulevées par le réchauffement climatique sont excessives, selon un sondage de l'Institut Gallup qui souligne une montée du scepticisme sur ce dossier.
La publication du sondage survient alors que le président américain Barack Obama tente de convaincre le Sénat puis le Congrès d'adopter un projet de loi sur le climat.
En raison des élections à mi-mandat de novembre prochain, beaucoup d'élus américains hésitent à donner leur feu vert à ce projet de loi controversé sur l'énergie et l'environnement alors que l'intérêt de leurs concitoyens pour la question faiblit.
Selon Gallup, qui a mené son enquête entre les 4 et 7 mars, 48% des Américains estiment que la gravité du réchauffement climatique est exagérée, contre 41% l'an dernier et 31% en 1997, année où Gallup a pour la première fois posé la question.
La majorité des Américains continuent de penser que le réchauffement est une réalité mais ce pourcentage est en baisse. Le scepticisme est à son plus haut niveau depuis 1997.
Trente-cinq pour cent des sondés estiment que les effets du réchauffement climatique ne vont jamais se produire ou ne se produiront pas au cours de leur vie.
Pour répondre aux critiques lancées par des sceptiques, l'Union des scientifiques inquiets (UCS) a publié mardi une lettre exhortant le Congrès américain à adopter une loi sur le changement climatique. Selon l'UCS, cette lettre a été signée par plus de 2.000 scientifiques climatiques et économistes, dont des Prix Nobel.
Les Etats-Unis se sont engagés à réduire de 17% leurs émissions de carbone d'ici à 2020 par rapport à 2005 en se tournant notamment vers l'énergie solaire ou éolienne. Mais sans adoption d'un projet de loi par le Congrès, l'objectif pourrait bien ne pas être rempli. Dans le monde, les inquiétudes économiques ont relégué au second plan la question du changement climatique, selon une étude de l'Université d'Oxford publiée en décembre.

Reuters
Lundi 15 Mars 2010

Lu 139 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs