Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les 3.200 employés réclament une augmentation de leurs salaires : Grève des fonctionnaires au Conseil de l’Union européenne




Une nouvelle réunion des représentants des 27 pays de l’UE est programmée ce vendredi pour tenter de trouver un compromis. Les pays de l’UE ont notamment évoqué la possibilité de proposer une hausse salariale réduite à 2%, ce que les syndicats jugent «illégal». Autre hypothèse évoquée: relever le taux d’un prélèvement de crise déjà existant. Une grande partie des 3.200 fonctionnaires et contractuels du Conseil de l’UE était en grève jeudi pour réclamer un rattrapage salarial de 3,7%, toujours refusée par une majorité de gouvernements européens la jugeant malvenue en temps de crise économique. La plupart des employés du Conseil européen (l’organe représentatif des Etats à Bruxelles) sont restés chez eux jeudi, mais certains ont été réquisitionnés pour assurer notamment la tenue d’une réunion des ministres européens des Transports dans le même bâtiment, ont indiqué des représentants syndicaux.
Le mouvement de grève a néanmoins entraîné l’annulation d’une vingtaine de réunions d’experts, a précisé Günther Lorenz, secrétaire général de l’Union syndicale du service public européen.
Une nouvelle réunion des représentants des 27 pays de l’UE est programmée vendredi pour tenter de trouver un compromis. Les pays de l’UE ont notamment évoqué la possibilité de proposer une hausse salariale réduite à 2%, ce que les syndicats jugent «illégal». Autre hypothèse évoquée: relever le taux d’un prélèvement de crise déjà existant.
Une douzaine de pays -dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Autriche, la Pologne- sont très réfractaires à l’ajustement proposé. Les Etats veulent que la Commission utilise une clause d’exception en cas de «détérioration grave et soudaine de la situation économique et sociale» dans l’UE, pour ne pas appliquer la hausse légale prévue.
La revalorisation mécanique, proposée par la Commission européenne, est calculée sur l’évolution des salaires de la fonction publique de huit Etats, durant l’année précédente, ainsi que sur le coût de la vie à Bruxelles. L’affaire pourrait toutefois terminer devant la Cour européenne de justice. En 1972, une situation similaire avait débouché sur une victoire de la Commission européenne devant la justice.

AFP
Vendredi 18 Décembre 2009

Lu 225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs