Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Leïla Slimani présente à Paris son roman “Chanson douce”, prix Goncourt 2016




L'écrivaine marocaine Leïla Slimani a présenté, mercredi soir à Paris, son roman "Chanson douce" qui a obtenu le prix Goncourt 2016. Dans ce roman, édité chez Gallimard, Leïla Slimani raconte l’histoire de Myriam, mère de deux jeunes enfants, qui décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats. Le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer jusqu’au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est une époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.
S’exprimant lors de cette rencontre, initiée dans le cadre des "Mercredis de l’ambassade du Maroc en France", Leïla Slimani a expliqué que son roman jette la lumière sur un personnage de l’ombre, en l’occurrence les nourrisses, "des femmes qui consacrent leurs vies à élever des enfants qui ne sont pas les leurs", évoquant les rapports parfois "conflictuels" et l’ambiguïté des relations avec les familles de ses enfants et notamment avec les mamans. Elle a aussi indiqué qu’elle aborde l’histoire des frontières avec les familles et la compassion pour les nourrisses dont certaines laissent leurs propres enfants pour s’occuper de ceux d’autres familles, estimant que ces nounous donnent aux enfants dont elles s’occupent une "sorte d’amour à durée déterminée". "Ces personnes ont toujours vécu pour les autres, par les autres. Il s’agit d’une vie par procuration", a-t-elle fait observer, ajoutant qu’elles se rendent compte un jour qu’elles n'ont rien construit pour leurs propres vies. "Ces femmes donnent de l’amour et de l’affection sans attendre une contrepartie", a-t-elle estimé. Leïla Slimani a par ailleurs indiqué qu’elle a été très émue lorsqu’elle a remporté le prix Goncourt 2016, évoquant un sentiment de surprise immense. Selon elle, l’écriture est quelque chose de très libérateur. "La littérature m’a tellement apporté de liberté", a-t-elle dit. "L’écriture est une forme de transgression et un exercice d’humilité", a-t-elle conclu.

 

Vendredi 20 Janvier 2017

Lu 574 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs