Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Législatives françaises : Trierweiler crée la stupeur en encourageant l’adversaire de Royal




Valérie Trierweiler, compagne du chef de l’Etat, a créé mardi la stupeur et placé en position délicate François Hollande, en adressant ses encouragements au dissident PS opposé aux législatives à Ségolène Royal, ce que la droite a accueilli comme une aubaine.
«Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d’années dans un engagement désintéressé», a écrit peu avant 12H00 sur Twitter la journaliste, alors que le président venait d’apporter son soutien à Mme Royal, son ex-compagne et la mère de ses 4 enfants.
Une prise de position de Mme Trierweiler à peine croyable au point que l’entourage de la première secrétaire du PS Martine Aubry, venue à La Rochelle en compagnie de Cécile Duflot (EELV) pour soutenir Mme Royal, était persuadée que le message était un faux. M. Falorni, arrivé deuxième derrière Ségolène Royal (28,91% contre 32,03%) mais qui a obstinément refusé de renoncer à sa candidature, s’est aussitôt «réjoui» de ce «beau message d’amitié, de soutien personnel». «Ça fait évidemment plaisir dans un contexte où je subis beaucoup de coups», a-t-il déclaré.
Ségolène Royal, qui vise la présidence de l’Assemblée, venait de se prévaloir du soutien écrit du chef de l’Etat dans sa profession de foi de second tour. «Ségolène Royal est l’unique candidate de la majorité présidentielle qui peut se prévaloir de mon soutien et de mon appui».
Et mardi soir, en déplacement dans les Hauts-de-Seine, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a déclaré que François Hollande et lui-même soutenaient «à fond» la candidature de Ségolène Royal à La Rochelle, assurant que le reste n’était «que des péripéties», en allusion à ce tweet retentissant.
Passée la période d’incrédulité, Martine Aubry a assuré que «la seule chose qui compte», c’est le soutien de François Hollande à Ségolène Royal.
Mme Trierweiler «n’est pas une femme politique donc ce n’est pas une faute politique», a-t-elle aussi déclaré à la presse, en renvoyant vers les sujets «qui intéressent les Français: le pouvoir d’achat, par exemple ou ce que fait la droite» en jetant des «passerelles» avec le FN.
Mme Royal, ex-candidate à la présidentielle de 2007 était venue accueillir la première secrétaire du PS et la patronne écologiste à la gare de La Rochelle, avant de déposer en leur compagnie sa candidature à la préfecture.
Martine Aubry a loué «l’honnêteté et la sincérité» de son ancienne rivale pour la direction du PS, une voix «forte» et qui «compte», et Mme Duflot a qualifié Mme Royal de «candidate de nous tous rassemblés», lors d’un point de presse où elles se sont affichées toutes trois avec les candidats de gauche (EELV, Front de gauche, Radicaux de gauche) locaux.
Hier, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, proche de Mme Royal, devait venir la soutenir à La Rochelle, a annoncé le PS.

AFP
Jeudi 14 Juin 2012

Lu 255 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs