Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lecture de poèmes au Théâtre Mohammed V de Rabat : Jean-Louis Trintignant revisite Prévert, Vian et Desnos




Après avoir présenté des textes d’Aragon, les poèmes de Guillaume Apollinaire et plus récemment «le Journal de Jules Renard», Jean-Louis Trintignant nous propose de redécouvrir trois grands poètes du 20ème siècle. Il nous lira une vingtaine de poèmes tirés des œuvres de Jacques Prévert, Boris Vian et Robert Desnos. Prévue le vendredi 23 octobre au Théâtre national Mohammed V de Rabat à 20h, cette soirée est organisée conjointement par le Théâtre national Mohammed V et l’Institut français de Rabat. 
On ne présente plus Jean-Louis Trintignant, sa diction particulière, toute en douceur mais aussi très directe, cet air timide, cette émotion rentrée, à fleur de regard. Les mots, toujours les mots : à 19 ans, c’est une représentation de « L’avare »  de Molière qui décida le jeune étudiant en droit qu’il était, à tout arrêter pour devenir comédien. Cent vingt films, un prix d’interprétation à Cannes pour le rôle du petit juge dans Z de Costa-Gavras, un Ours d’Argent à Berlin, et une trentaine de pièces de théâtre plus tard, Jean-Louis Trintignant nous fait découvrir ou redécouvrir les textes de Prévert, Vian et Desnos pour notre plus grand plaisir. 


o Parcours
Après avoir suivi des études de droit à la faculté d'Aix-en-Provence, Jean-Louis Trintignant change de voie lorsqu'il assiste, à l'âge de 19 ans, à la pièce de théâtre 'L'Avare', mis en scène par Charles Dullin. Il décide alors d'assister au cours du metteur en scène à Paris. Il fait son entrée au théâtre en 1951 dans 'A chacun selon sa faim'. Souhaitant devenir réalisateur, il rejoint pendant quelque temps l'IDHEC. Il apparaît pour la première fois au cinéma dans 'Si tous les gars du monde' en 1955. Mais il se fait connaître du public grâce au film 'Et Dieu créa la femme' de Vadim. Il tourne ensuite dans deux films politiquement engagés : 'Le Combat dans l'île' de Cavalier et 'Z' de Costa-Gavras. En 1966, 'Un homme et une femme' de Claude Lelouch lui offre sa notoriété. Il enchaîne les rôles dans 'Ma nuit chez Maud' de Rohmer, 'Le Mouton enragé' de Michel Deville, 'Vivement dimanche !' de Truffaut, 'Bon Plaisir' de Girod, et entre autres 'Ceux qui m'aiment prendront le train' de Chéreau. Acteur au charisme envoûtant, Jean-Louis Trintignant ne délaisse pas le théâtre : en 2004, il lit sur scène, derrière son pupitre, des poèmes d'Apollinaire.

MOUNIR ADIL
Mercredi 12 Août 2009

Lu 328 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs