Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le tyrannosaure chassait bien des proies vivantes




Le tyrannosaure chassait bien des proies vivantes
La découverte d’une dent de tyrannosaure plantée dans les vertèbres d’un autre dinosaure est la première preuve concrète que le terrifiant animal chassait aussi des proies vivantes, selon une étude parue récemment aux Etats-Unis.
Depuis longtemps, les scientifiques débattent du fait de savoir si les fossiles retrouvés jusqu’à présent permettent de prouver que le tyrannosaure était un chasseur féroce attaquant d’autres dinosaures et non simplement un charognard dévorant des carcasses d’animaux morts.
De précédentes découvertes d’os de dinosaures dans les estomacs de T. rex fossilisés avaient déjà laissé penser que le carnassier —qui a vécu à l’extrême fin du Crétacé il y a entre 66 et 100 millions d’années— était un puissant prédateur, mais sans pouvoir montrer qu’il n’était un charognard qu’à titre exceptionnel.
Cette nouvelle étude parue dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences fait état de la toute première découverte d’une dent cassée de T. rex dans les os d’un autre dinosaure — en l’occurrence dans deux vertèbres soudées d’un dinosaure herbivore.
“Ce que l’on peut en conclure, sans l’ombre d’un doute, est que ce T. rex a engagé un combat avec un autre dinosaure vivant”, explique l’auteur principal de l’étude Robert DePalma, du Musée d’Histoire naturelle de Palm Beach en Floride (sud-est).
Ces os ont été découverts en 2007 sur un site riche en fossiles de dinosaures situé entre le Montana (nord-ouest), le Dakota du Nord et le Dakota du Sud (nord). Le morceau de dent en question mesure 3,75 centimètres de long. Les dents du T.rex atteignaient en moyenne la taille d’une banane.
Sur le fossile retrouvé, l’os du dinosaure attaqué a repoussé après cette blessure par dent, ce qui laisse penser qu’il s’est échappé après le combat et a cicatrisé.
“Il s’agit d’une pièce extrêmement rare”, commente Robert de Palma. “Nous n’aurions jamais pensé découvrir quelque chose d’aussi clair”.
Mais les paléontologistes précisent que cette découverte ne signifie pas non plus que le T.rex ne se nourrissait que de bêtes vivantes, il devait probablement manger également des animaux morts “comme la plupart des grands prédateurs de notre époque”, indique l’étude.
Jack Horner, conservateur de paléontologie au Musée des Rockies à Bozeman dans le Montana, n’est guère convaincu par les conclusions de cette recherche. Ce scientifique a décrit le tyrannosaure davantage comme une hyène que comme un lion, c’est-à-dire comme une bête se nourrissant à la fois de charognes et d’animaux fraîchement tués, aussi bien gros que petits.
Jack Horner a également avancé la théorie selon laquelle les bras courts du T.rex, sa forte taille et son sens extrêmement développé de l’odorat le rendaient parfaitement adapté pour sentir l’odeur d’animaux morts. Sollicité par l’AFP à propos de cette nouvelle étude, celui-ci a estimé qu’elle “ne vient certainement pas réfuter notre théorie selon laquelle le T. rex était un carnivore opportuniste comme la hyène. Elle montre simplement qu’un tyrannosaure a mordu un autre dinosaure”.

AFP
Mardi 23 Juillet 2013

Lu 346 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs