Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le tourisme sexuel au Maroc : Le silence embarrassé du personnel politique




Faut-il, finalement, remercier Luc Ferry, le philosophe et ancien ministre français, qui a dévoilé l’affaire de cet ancien responsable qui se serait fait « poisser avec des petits garçons dans une partouze à Marrakech » ? En jetant son pavé dans la mare politico-parisienne, L. Ferry, même s’il a plus cédé au mode rumoral qu’au fait établi et prouvé, a eu le mérite de jeter une lumière crue sur une réalité bien marocaine : la prostitution sous toutes ses formes, celle la plus abjecte qui se conjugue à tous les âges –surtout le plus jeune âge- et à tous les sexes. Une réalité bien de chez nous qui donne à voir, dès que la nuit commence à tomber, un Maroc devenu une destination  touristique à vocation sexuelle.
En cette fin de semaine passée, des médias de l’Hexagone s’y sont intéressée de très près, menant l’enquête dans « l’enfer du tourisme sexuel au Maroc ». France 24 a ainsi diffusé en boucle,  dès vendredi 24 juin, un excellent reportage consacré à la prostitution enfantine, masculine et féminine à Marrakech alors que quotidien « Le Parisien » publiait dans son édition de samedi 25 juin une enquête sur les « mineurs prostitués de Marrakech ».
Deux enquêtes et reportages qui montrent comment certaines grandes villes du Maroc deviennent peu à peu des destinations sexuelles pour des touristes en goguette qui viennent aussi bien consommer du soleil que du sexe. Depuis le tsunami qui a frappé  l’Asie et particulièrement la Thaïlande, le Maroc est-il en train de se transformer en « Eldorado sexuel » ? La question se pose avec force d’autant que pouvoirs publics et législateur marocains se montrent d’une grande tolérance à l’égard du tourisme sexuel. « Quant au terme pédophilie, il n’existe tout simplement pas dans le Code pénal marocain qui ne parle que de viol de mineurs », fait remarquer l’un des avocats de « Touche pas à mon enfant », une association qui a fait de la lutte contre la pédophilie une priorité absolue.
Marrakech, destination branchée de jet-setters. Jamel Debbouze y fait sa « comédie » sur fond d’éclats de rire et de tapis rouge. Sur l’écran noir du Festival international du film de Marrakech,  Melita fait passer des nuits blanches au microcosme international et cinéphile. Les artistes de « Mawazine » y chantaient la paix, il y a quelques semaines.  Ils sont peu nombreux à vraiment s’indigner de l’envers du décor. Derrière la carte postale, la place mythique de Jemaâ El Fna, les belles enseignes de la place du 16 novembre, au cœur de Gueliz, il y a ce que tout le monde sait sans vraiment s’indigner: les rabatteurs, les prostituées, les mineurs filles et garçons qui vendent leurs corps.

Narjis Rerhaye
Lundi 27 Juin 2011

Lu 543 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs