Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le tour du monde en trois ans : Le pari réussi de Graham Hughes0




Le tour du monde en trois ans : Le pari réussi de Graham Hughes0
A son arrivée au Sud-Soudan le 26 novembre, Graham Hughes est devenu le premier homme à avoir visité 201 pays dans le monde. En effet, ce jeune Britannique âgé de seulement 33 ans a fait le tour du Globe sans prendre l’avion. Graham a commencé son pari il y a trois ans, le 1 janvier 2009. Il souhaitait à l’époque visiter tous les pays membres des Nations unies. C’est-à-dire 193 pays. Imaginez le pari : traverser les pays dont la langue officielle est principalement le français, l’anglais, l’arabe, le mandarin, l’espagnol, et le russe. Que nenni, cela ne l’a non seulement pas empêché de voyager et connaître ses pays, mais il a décidé en chemin d’augmenter le nombre de pays en visitant Taiwan, la Cité du Vatican qui est reconnu comme un Etat à part entière, la Palestine, le Kosovo, le Sahara, et enfin les quatre pays faisant partis du Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et l’Irlande du Nord).
Lors de ses voyages, Graham Hughes traversait la plus part des frontières en train, en bus, en taxi et souvent en bateau. A aucun moment il n'a souhaité voyager par avion. Il dépensait en moyenne 10 livres par jours, soit un peu plus de 12 euros. Il est désormais présenté comme étant le recordman dans sa catégorie par la chaîne de télévision National Geographic. Le voyage de Graham Hughes a été nommé "The Odyssey Expedition" en français, l'expédition d'Odyssée. Après avoir atteint son but, et à l’approche des fêtes de fin d’année, Graham a refusé de poursuivre sa visite en Afrique. Il souhaite juste reprendre le bateau pour retourner à Liverpool et arriver à temps pour fêter noël avec sa famille. "Le sentiment dominant aujourd'hui est tout simplement celui de la reconnaissance intense à chaque personne dans le monde qui m'a aidé à venir ici, en me donnant un coup de pouce, en me laissant rester sur leur canapé ou en m’indiquant la bonne direction", a-t-il déclaré à partir de Juba, la capitale du Sud-Soudan, à un journaliste du Daily Telegraph.
"J’étais assis dans une gare routière au Cambodge à une heure du matin, certains camions roulaient sur des routes pas terribles. Je me suis posé la question : Pourquoi est-ce je fais tout ça? Je me suis dit qu'il y avait toujours une bonne raison de continuer." Selon lui, l’un des moments les plus difficiles a été quand il a nagé dans un lac de méduse près de l'archipel Palaos situé au large de l’océan Pacifique. Il a cependant pu danser avec les tribus de la jungle de Papouasie en Nouvelle-Guinée. "Les gens m'ont demandé comment j'allais faire pour me rendre en Afghanistan, en Irak ou encore en Corée du Nord. Justement, c’était plus facile de rentrer dans ces pays, tout simplement parce que je n’avais même pas besoin d'un visa pour entrer en Irak par exemple. Je devais juste me rendre à la frontière turque pour traverser. Les pays où il était difficile d’entrer étaient Nauru, les Maldives et les Seychelles parce que ces pays insulaires sont sujets en ce moment aux pirates."
Pour traverser les océans, G. Hughes a reçu un coup de main de la part des pécheurs en cargos. Il a passé quatre jours dans un canot de pêche qui reliait le Sénégal au Cap-Vert. Son arrivée a été mouvementée puisqu’il a ensuite été arrêté par les forces de l’ordre. Quelques jours plus tard, ce sont les autorités de la République démocratique du Congo qui l'ont emprisonné pendant six jours, pensant qu'il était un espion. Graham a failli arrêter son odyssée quand il a appris la mort de sa sœur aînée. "J’ai voulu abandonner après avoir appris que ma sœur aînée, Nicola, était décédée d'un cancer il y a deux ans à l'âge de 48 ans. Elle m'a dit de ne pas interrompre le voyage, mais j'étais faible mentalement. J'avais déjà visité 184 pays et il me restait seulement 17 pays. Je me suis dit pourquoi ne pas en rester là." Graham Hughes a tout de même pu trouver la force de terminer son odyssée en mémoire de sa sœur et des personnes qu’il a rencontrées en récoltant de l’argent pour venir en aide à une association caritative britannique, la "WaterAid".

Gentside.com
Lundi 3 Décembre 2012

Lu 353 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs