Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ton monte entre l’administration Obama et le Président afghan : Mises en garde américaines à Hamid Karzaï




Représentants de l'administration Obama et parlementaires américains ont prévenu sans ménagement le Président afghan Hamid Karzaï que la patience des Etats-Unis concernant les accusations de fraudes électorales et de corruption avait des limites.  Depuis l'élection présidentielle du 20 août dernier, Karzaï, qui brigue un nouveau mandat, a rencontré à deux reprises l'émissaire de Barack Obama pour l'Afghanistan, Richard Holbrooke. La tension est montée lors d'une des ces deux entrevues lorsque le diplomate a évoqué la possibilité d'un second tour, rapportent des responsables de l'administration américaine.
Des tensions similaires sont apparues lors d'une rencontre entre le Président afghan et une délégation de sénateurs américains.
Ces incidents soulignent l'appréhension postélectorale et, plus globalement, la discorde croissante dans les relations entre les Etats-Unis et Karzaï depuis le changement de locataire à la Maison blanche.
L'administration Obama a été particulièrement troublée par l'alliance conclue dans les derniers jours de la campagne par Karzaï avec Abdul Rashid Dostum, général ouzbek soupçonné de crime de guerre. "Aux yeux de nombreuses personnes, il s'est tiré une balle dans le pied", note un observateur occidental au fait des interrogations et réflexions américaines. Karzaï doit obtenir plus de 50% des suffrages exprimés le 20 août pour s'épargner un second tour, mais les résultats très parcellaires publiés jusque-là montrent que son principal adversaire, son ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah, pourrait réussir son pari et mettre le Président sortant en ballottage.
En proclamant la victoire de Karzaï au lendemain du scrutin, alors qu'aucun résultat n'avait encore été diffusé par la commission indépendante des élections, l'équipe de campagne du Président sortant n'a rien fait pour apaiser les relations entre Kaboul et Washington.
Lors de leur rencontre, Holbrooke a pressé Karzaï de respecter le processus électoral. Le Président afghan, qui a exposé à Washington les risques de violences ethniques que pourrait déclencher un second tour, a réagi avec colère, indique-t-on de même source. Pour l'administration Obama, des accusations de fraude électorale sont, dans l'immédiat, l'écueil à éviter, de peur de nuire à la légitimité du futur gouvernement afghan.
Il lui faut en outre tenir compte du malaise grandissant de l'opinion publique américaine, qui estime désormais majoritairement que la guerre en Afghanistan ne vaut pas d'être menée.
"C'est la dernière chance", a dit le sénateur Sherrod Brown pour résumer le message que la délégation du Congrès a transmis à Karzaï.

AFP
Samedi 29 Août 2009

Lu 190 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs